PHILAPOSTEL

Jusqu'au 18-11-2016

+

logo
logo yvert et Tellier

L'Association des Collectionneurs
de La Poste et d'Orange

Philatélistes, cartophiles, numismates, toutes collections

Les remparts de Saint Malo
initiation
Les pays disparus : Fiume - Arbe & Veglia (Croatie)

FiumeArbe et Veglia

Fiume

Même si le micro-état de Fiume a totalement disparu de nos cartes, il a été autrefois au cœur d'une lutte de pouvoir entre l'Italie et la Croatie, comme en témoigne la double appellation Fiume et Rijeka, aux consonances bien différentes.

La première autonomie accordée à Rijeka remonte au XVIIIe siàcle. En 1719 précisément : la ville est déclarée port franc et acquiert ainsi un statut de liberté. Son emplacement aux abords de la mer Adriatique est évidemment stratégique et, associé à sa relative autonomie, c'est un atout majeur pour les é;changes européens.

L'autonomie du port, bien que confirmée en 1779 grâce au statut de Corpus seporotum, est néanmoins mise à mal en 1848 : le général Josip Jelacic, pour le compte de la Croatie, alors en lutte de pouvoir avec la Hongrie, prend la main sur le port durant vingt ans. En 1868, Rijeka rejoint le royaume de Hongrie, tout en retrouvant sa relative indépendance d'autrefois.

La géopolitique va mettre à mal cette stabilité : ouvert sur l'Europe, Fiume échange avant tout avec l'Italie. Et bien que les langues officielles soient le hongrois et l'allemand, c'est l'italien que l'on y parle majoritairement, dans une forme dialectale proche du vénitien, et le croate.

Les communautarismes s'exacerbent au seuil de la Première Guerre mondiale : l'empire austro-hongrois vole en éclats et Rijeka est réclamée par le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, future Yougoslavie, et par l'Italie, qui entend bien profiter de la situation pour conserver cette position stratégique.

Le président des États-Unis, Wilson, se prononce pour un état indépendant, mais Fiume passe successivement dans les mains italiennes et yougoslaves.

Vingt-huit valeurs issues des émissions hongroises reçoivent la surcharge « Fiume » en 1919.

Les forces alliées, venues de France et de Grande-Bretagne, tentent de débarquer à Fiume pour rétablir l'ordre en 1919. C'est dans ce contexte que sortent les premiers timbres hongrois surchargés « Fiume » . Jusque là, en effet, la ville utilisait des timbres hongrois sans aucune mention particulière. Il s'agit des émissions de 1916-17-18, surchargées à la machine en deux tirages, et à la main pour un troisième tirage. À partir de la fin d'année l9l9 sortent des timbres libellés « Fiume », puis « Posta di Fiume ».

Timbres spécifiques notés FIUME

Mais le poète Gabriele d'Annunzio profite du désordre et, après avoir rallié à lui des volontaires et mutins italiens, il s'installe à la tête de Fiume et y proclame la régence italienne du Carnaro, nom italien du golfe dans lequel se trouve le port. Cette régence fait apparaître de nouvelles surcharges sur les timbres de Fiume, « Reggenza ltaliana del Carnaro ».

Le 12 novembre 1920, Yougoslavie et Italie signent le traité de Rapallo pour faire de Fiume un état libre, qu'ils jurent de reconnaître comme tel. D'Annunzio refuse ce traité et les troupes italiennes le chassent à la veille de Noël, le 24 décembre 1920.

Bien que les autonomistes soient démocratiquement élus, un coup d'état fasciste renverse le pouvoir en place en 1922 et, deux ans plus tard, Fiume est annexée à l'Italie, le 22 février 1924. Les derniers timbres de Fiume portent une surcharge commémorant l'annexion à l'Italie, puis le port utilise les timbres italiens.

La chute du fascisme en 1944 permet aux patriotes yougoslaves de reprendre Fiume, qui passe provisoirement aux mains du gouvernement de Vénétie Julienne. En 1947, Fiume reprend définitivement le nom de Rijeka, intégrée officiellement à la Yougoslavie, puis à la Croatie lorsque son indépendance est proclamée en 1991.


Arbe et Veglia

Ces deux îles, connues aujourd'hui sous les noms de Rab et Krk respectivement sont situées devant le port croate de Rijeka (Fiume en italien). À l'aube de la Première Guerre mondiale, ce port et d'ailleurs tout le littoral de l'Istrie et de la Dalmatie appartient à l'Empire austro-hongrois ; son importance est vitale puisqu'il est le seul débouché maritime de l'empire. En octobre 1918, à la suite de la prise de la ville par des soldats croates mutinés de la garnison austro-hongroise, les ltaliens décident d'investir Fiume et d'en prendre le contrôle. Surpris par ce coup de force, les Alliés répliquent en envoyant des troupes et en installant une commission de contrôle en attendant la signature des traités.

L'Italie veut évidemment récupérer Fiume ce qui n'est pas du goût du jeune État yougoslave, mais celle-ci invoque le plébiscite organisé dans la ville et qui montre qu'elle est favorable au rattachement à l'ltalie. Non résolu dans le cadre du traité de Versailles, le cas de Fiume est rapidement exploité par l'Italien Cabriele d'Annunzio qui y débarque avec une poignée de légionnaires en septembre l9l9 et proclame alors la « Régence italienne du Carnar ». Pressée par l'opinion, l'Italie organise le blocus du port mais sans grande conviction.

Timbres surchargés de Arbe

Le 12 novembre 1920, la signature du traité de Rapallo institue la création d'un État libre et indépendant de Fiume et les ltaliens restituent le littoral dalmate à la Yougoslavie sauf la ville de Zara.

Timbres surchargés de Veglia

Réponse de d'Annunzio au traité : il fait occuper dès le lendemain les îles d'Arbe et Veglia avant de déclarer la guerre à l'ltalie quelques semaines plus tard. Cette dernière répliqua en faisant bombarder la ville et le quartier général d'Annunzio. Les légionnaires durent quitter Arbe et Veglia le 5 janvier 1921.

De cette rocambolesque aventure témoignent les deux séries de 12 timbres surchargés que fit émettre d'Anhunzio le jour même de l'occupation des deux îles par ses troupes.



Mise en ligne : 08/07/2015 - Dernière mise à jour : 25/12/2016