PHILAPOSTEL

Jusqu'au 18-11-2016

+

logo
logo yvert et Tellier

L'Association des Collectionneurs
de La Poste et d'Orange

Philatélistes, cartophiles, numismates, toutes collections

Les remparts de Saint Malo
initiation
Les pays disparus : Anciens États Allemands

Bade - Bavière - Brunswick

BADE

Napoléon 1er fit de cette province un grand-duché en 1806, lequel fut rattaché à l'Empire allemand en 1970.

On retrouve les premières marques postales datant de la Confédération du Rhin en 1860. Après la défaite de Napoléon en Russie, le pays se rangera aux côté des Alliés, ce qui lui valut au congrès de Vienne de garder ses frontières.

Un soulèvement en 1848 força le Grand-Duc à quitter le pays. Il y revint en août 1849, grâce à l'intervention prussienne. En avril 1850, la Prusse et l'Autriche &excite;tablirent une union postale dans laquelle le grand-duché é tait inclus. Les timbres du grand-duché cessèrent d'être émis en 1871 lorsqu'il fut intégré à l'Empire allemand. Une nouvelle série fut émise en 1872.


BAVIERE

C'est en 1808 que le royaume de Bavière récupère sa poste jusque là gérée par les Tour et Tassis. Des réformes sont alors entreprises pour un service public apprécié des sujets du royaume. En 1841, par exemple, des boîtes aux lettres sont installées dans les principales villes du pays. De telles réformes vont de pair avec l'accroissement du courrier, tant et si bien qu'on en arrive à réclamer une simplification du système.

L'expérience menée à bien par d'autres pays comme la Grande-Bretagne, la France, les cantons suisses avec leurs timbres encouragent les Bavarois à posséder les leurs, même si cela ne passe pas par la taxe unique, un remaniement profond auquel les autorités ne semblent pas vouloir sacrifier. Les lettres seront donc toujours taxées en fonction du poids et de la distance à parcourir.

En février 1849, la décision est prise de créer plusieurs timbres pour répondre aux tarifs les plus usités : le 1 Kreuzer correspond à l'affranchissement d'une lettre de 16 grammes dans l'arrondissement local, au-delà de 12 milles (1 mille : 7,42 km), il en coûtera 3, etc.

La gravure du poinçon est confiée à un dénommé Haseney, quant à l'impression du timbre, c'est l'imprimerie de l'université de Munich qui en a la charge.

La première planche, confectionnée avec 180 petits clichés mobiles en cuivre, donne des signes de fatigue apràs 2 000 passages. Une seconde planche est confectionnée, en laiton cette fois, et les clichés sont fondus ensemble. Cette nouvelle planche est mise en service en mai 1850.

Bien que retiré de la vente aux guichets en octobre 1851, le Schworzer Einser (le Un noir) comme l'appellent les collectionneurs allemands, reste valide pour l'affranchissement jusqu'en août 1864.

Cette longévité va lui permettre d'être revétu de nombreux types d'oblitérations, une caractéristique qui lui vaut d'être recherché et collectionné par de nombreux amateurs outre-Rhin.


BRUNSWICK

Le Brunswick conquis en son temps par Charlemagne devint un véritable duché aux environs de l'an 1000. Au milieu du XVIe siècle, des dissensions dans la famille régnante conduisirent à sa séparation en deux branches : les Brunswick-Lunebourg d'un côté et les Brunswick-Wolfenbeutel de l'autre. Cette situation généra un climat de guerre conflictuelle entre les deux clans jusqu'en 1638 où, finalement, les « Lunebourg » l'emportèrent.

À la chute de l'empire français, le duché de Brunswick est reconstitué, c'est un assemblage de petits territoires éclatés dans la partie méridionale du royaume de Hanovre.

Le duché intègre en 1866 la Confédération de l'Allemagne du Nord créée par Bismarck participe également à la guerre de 1870 aux côtés des Prussiens. S'ensuivent alors des problèmes de succession : lors du décès du duc Guillaume Ier en 1884, la succession aurait dû être recueillie par le duc anglais de Cumberland. Bismarck ne le voyant pas de cet œil, nomma un régent, le prince Albert de Prusse. Le même problème se représenta à la mort de ce dernier en 1906. Le duc de Cumberland proposa alors de renoncer à ses droits pour installer son fils mais devant son refus de reconnaître l'annexion du Hanovre par la Prusse, le Kaiser Guillaume Il nomma un nouveau régent, le duc Jean-Albert de Mecklemeburg-Schwerin.

En marge de ces dissensions politiques, cela n'empêcha pas le Brunswick d'adopter ses premiers timbres en janvier 1852, en même temps que les Tour & Taxis et cinq jours avant Oldenburg.



Mise en ligne : 17/07/2015 - Dernière mise à jour : 24/12/2016