PHILAPOSTEL

Jusqu'au 18-11-2016

+

logo
logo yvert et Tellier

L'Association des Collectionneurs
de La Poste et d'Orange

Philatélistes, cartophiles, numismates, toutes collections

Toulouse, Le Capitole
Émissions TP
Émission TP Octobre 2017
150 ans de transmissions militaires
© La Poste 2017
Création Stéphan Agosto
Les transmissions sont qualifiées « d'arme qui unit les armes ». Cette devise est reprise dans le visuel du timbre qui illustre l'évolution des transmissions militaires depuis les sapeurs télégraphistes - début du télégraphe optique - jusqu'aux transmetteurs d'aujourd'hui.
Stéphan Agosto, dessinateur et scénariste de bande dessinée français, a symbolisé les transmissions au service des 3 armées par un avion Rafale, un char Leclerc et une Frégate Européenne (Multi Mission Fremm).
Le bleu-de-ciel est très présent sur le timbre car c'est la couleur emblématique des transmissions, qui rappelle la teinte des parements de l'uniforme porté par les unités de la « Bleue », constituées du personnel militarisé issu de l'administration des télégraphes.

La Poste émet un timbre à l'occasion des 150 ans des transmissions militaires

Les campagnes de Crimée et d'Italie l'avaient démontré : les employés de la direction civile du service télégraphique étaient dévoués mais ne possédaient aucun des réflexes militaires nécessaires.

Le maréchal Niel, ministre de la Guerre, décide donc en 1867 de doter l'armée d'un service télégraphique efficace, confié à l'arme du génie. Malheureusement, à la veille de la guerre de 1870, rien n'est prêt. Mal employés et mal équipés, les premiers transmetteurs militaires du 1er régiment du génie de Metz, qu'on appelait sapeurs-télégraphistes, sont faits prisonniers et cette expérience se solde par un échec. Malgré cela, la télégraphie militarisée l'emporte dans l'esprit des chefs politiques et militaires. Le succès opérationnel et technique de l'emploi de la TSF durant la campagne du Maroc en 1908 confirme la pertinence de ce choix. Les équipements des sapeurs-télégraphistes servent à la fois les troupes au sol et les marins. Sous la houlette du commandant Gustave Ferrié, le développement des transmissions pendant la Première Guerre mondiale est exceptionnel et contribue très largement aux succès des opérations. Les premiers avions de guerre en bénéficient. Répondant à une stratégie de guerre de positions, la situation des transmissions en 1939 n'est pas adaptée. Pour mettre fin à cette situation, il est décidé de créer une arme autonome des transmissions le 1er juin 1942. Du XIXe siècle, les transmetteurs conservent le bleu des uniformes des agents des Postes et Télégraphes. Aujourd'hui, ils doivent conjuguer les forces et les faiblesses d'un monde de plus en plus numérisé. Leur abnégation et leur capacité d'adaptation sont plus que jamais nécessaires pour satisfaire en toutes circonstances les besoins en liaisons du haut commandement national et des forces armées.

© La Poste - Yves-Tristan Boissan Président de l'UNATRANS

Affranchissement de la Lettre Verte 100g

2
oct.
2017
Télécharger le communiqué de presse
Père Victor Dillard 1897-1945
© La Poste 2017
Création et gravure Yves Beaujard d'ap. Photo famille Dillard
Le créateur et graveur Yves Beaujard a réalisé en taille-douce, un portrait souriant de ce héros avec en arrière-plan du timbre, une vue de sa ville natale, Blois. Les monuments les plus évocateurs sont représentés : le pont Jacques-Gabriel qui enjambe La Loire et au loin la cathédrale Saint-Louis de Blois.

Né le 24 décembre 1897, à Blois, d'une famille influente, Victor Dillard, élève brillant à Notre-Dame des Aydes, parle couramment allemand et anglais. Reçu au baccalauréat en avril 1916, après la mort au combat de son frère Pierre, il obtient de ses parents l'autorisation de s'engager. Officier, blessé et plusieurs fois cité capitaine en 1919, il rentre chez les jésuites dès sa démobilisation. Poursuivant le cursus éducatif des jésuites, il utilise ses vacances à réaliser des interviews, E. de Valera, F.D. Roosevelt, entre autres, et des reportages remarqués.

Ordonné prêtre à Blois en 1931, il termine ses études en Autriche. Éducateur, professeur de philosophie il publie un ouvrage qui connaitra un grand succès : Les lettres à Jean-Pierre.

Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, il reprend immédiatement du service. Fait prisonnier, il fonde une université des barbelés pour ses camarades de captivité. En partance pour l'Allemagne, il s'évade et rentre à Paris d'où ses supérieurs l'envoient en zone libre à Vichy. Là il prêche, termine une thèse d'économie, organise des cours du soir qui le mettent en danger.

Ne résignant pas à voir partir sans secours les jeunes du STO, il décide alors de se porter volontaire pour aller en Allemagne comme ouvrier électricien, se faisant passer pour un père de famille. Il veut apporter à ces jeunes le soutien moral et spirituel dont ils ont besoin. Prêtre, il partage leur vie pendant six mois. Un très beau texte : «L'honneur d'être ouvrier », rend hommage à ceux qu'il a rencontrés à l'usine.

Dénoncé, arrêté par la Gestapo, emprisonné à Barmen pendant sept mois, il est déporté à Dachau où, épuisé par la maladie, il meurt le 12 janvier 1945.

Sa forte personnalité a profondément marqué ses compagnons de souffrance, bien au-delà des différences sociales et politiques.

Affranchissement de la Lettre Verte 20g

9
oct.
2017
Télécharger le communiqué de presse
Bloc « Acteurs et actrices
© La Poste 2017
Création Sarah Bougault d'après photos :
Odile Versois : droits réservés
Magali Noël : D'ap. Photo © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sam Lévin
Jean-Claude Brialy : D'ap. photo © Micheline PELLETIER/GAMMA-RAPHO
Bruno Cremer : D'ap. photo fonds famille / DR

La Poste lance une nouvelle thématique consacrée aux actrices et acteurs.

Sur un fond de rideau de théâtre dessiné, les timbres représentent les portraits crayonnés d'actrices et acteurs de théâtre et de cinéma : Magali Noël, Odile Versois, Jean-Claude Brialy et Bruno Crémer. On retrouve au deuxième plan de chaque timbre, en décor, le célèbre rideau rouge !

Magali Noël (1931-2015)

Actrice au tempérament fougueux, elle est remarquée dans le film Du rififi chez les hommes de Jules Dassin en 1955. Elle tourne avec des réalisateurs comme Henri Decoin, René Clair, Jean Renoir et surtout Federico Fellini qui lui offre un rôle sur mesure dans La dolce vita en 1960. Parallèlement, elle mène une carrière au théâtre, où elle joue les classiques du répertoire et se produit au music-hall. Son interprétation de la chanson Fais-moi mal Johnny, écrite par Boris Vian, reste culte.

Jean-Claude Brialy (1933-2007)

Issu de la Nouvelle Vague, il enchaîne en un demi-siècle succès populaires et chefs d'œuvre. Révélé en 1958 dans Le beau Serge de Claude Chabrol, il tourne plus de 100 films avec Louis Malle, François Truffaut, Éric Rohmer, Claude Miller ou encore Bertrand Tavernier. Acteur brillant, directeur de théâtre, scénariste, écrivain, il excelle dans le répertoire de Feydeau, Guitry, Dorin. Sa silhouette de dandy magnifique plane chaque été sur le festival de Ramatuelle qu'il a créé en 1985.

Bruno Cremer (1929-2010)

En 1965, son rôle d'adjudant désabusé dans la 317e section de Pierre Schœndœrffer lance sa carrière au cinéma. Mais dès 1959, cet amoureux des planches décroche un premier rôle dans Becket de Jean Anouilh. Cet acteur de premier plan joue des pièces d'Oscar Wilde, Shakespeare, Vigny... Son talent et sa rigueur s'imposent aussi sur grand écran où il tourne avec Costa-Gavras, Lelouch, Sautet...À la télévision, il incarne un inoubliable commissaire Maigret, subtil et mystérieux, adoré par le public.

Odile Versois (1930-1980)

Fille de parents russes émigrés, elle obtient à 18 ans un rôle dans le film de Roger Leenhardt Les dernières vacances. Après la France, le cinéma italien, allemand et anglais s'arrache cette actrice élégante, à la forte personnalité. Très respectée par la profession, elle se produit régulièrement au théâtre. Avec ses sœurs, Marina Vlady et Hélène Vallier, elle interprète Les trois sœurs de Tchekhov en 1966. Le charme discret d'Odile Versois, disparue prématurément, a marqué toute une génération.

Affranchissement de la Lettre Prioritaire 20g

16
oct.
2017
Télécharger le communiqué de presse
CONSEIL DE L'EUROPE - 30 ans d'Itinéraires culturels
© La Poste 2017
Mise en page Stéphanie Ghinéa, photos Shutterstock
Cultural Routes networks - EICR
Sur le timbre, les 30 ans d'Itinéraires culturels sont illustrés par la coquille représentant les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, premier itinéraire culturel certifié en 1987, et trois autres photos, symboles de la gastronomie (les Routes de l'Olivier), du paysage culturel (les Chemins de l'art rupestre préhistorique) et de l'architecture (les sites clunisiens en Europe).

Le Conseil de l'Europe est la principale organisation de défense des droits de l'homme du continent. Il comprend 47 États membres, dont 28 membres de l'Union européenne. Tous les États membres du conseil de l'Europe ont signé la Convention européenne des droits de l'homme, un traité visant à protéger les droits de l'homme, la démocratie et l'État de droit. La Cour européenne des droits de l'homme contrôle la mise en œuvre de la Convention dans les États membres.

30 ans d'Itinéraires culturels
Lancée par le Conseil de l'Europe en 1987, la certification « Itinéraire culturel du Conseil de l'Europe » garantit l'excellence de réseaux transnationaux mettant en valeur des parcours de découverte historique, culturelle, patrimoniale et sociale.

Actuellement, plus de 30 Itinéraires culturels certifiés traversent une cinquantaine de pays et des milliers de communes. Ils soulignent la richesse et la diversité d'un patrimoine européen commun, et sont autant d'invitations à voyager à travers des thèmes aussi variés que l'art et l'architecture (Réseau Art Nouveau Network, TRANSROMANICA - les itinéraires de l'art roman, ATRIUM - l'architecture des régimes totalitaires), les influences religieuses (les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, les sites clunisiens en Europe, l'héritage d'Al-Andalus, l'itinéraire européen du patrimoine juif), la gastronomie et le paysage (Iter Vitis - les Chemins de la Vigne, les Routes de l'Olivier, les Chemins de l'art rupestre préhistorique) ou encore les grandes figures européennes (les voies européennes de Mozart, Destination Napoléon, Sur les traces de Robert Louis Stevenson).

Le programme bénéficie du soutien des États membres de l'Accord Partiel Élargi sur les itinéraires culturels, établi en 2010 par le Conseil de l'Europe, ainsi que de l'Institut Européen des Itinéraires Culturels, créé en 1998 dans le cadre d'un accord politique entre le Conseil de l'Europe et le Grand-Duché de Luxembourg.

Affranchissement de la Lettre pour CE et Suisse 20g

16
oct.
2017
Télécharger le communiqué de presse
Joseph Peyré 1892-1968
© La Poste 2017
Création et gravure Christophe Laborde-Balen
Christophe Laborde-Balen a dessiné et gravé le portrait de Joseph Peyré sur un paysage qui représente le Sahara et des méharistes, pour évoquer le lieu dans lequel se déroule l'action de son roman « L'Escadron blanc » écrit en 1931. Cette œuvre a également été adaptée au cinéma en 1949.

Joseph Peyré est né à Aydie (Pyrénées-Atlantiques), le 13 mars 1892, dans l'école où ses parents étaient instituteurs : « Avec les trois maisons voisines, l'école faisait face à l'église. C'était là, près du cimetière, le cœur d'Aydie, de mon village. » (De mon Béarn à la mer basque, Flammarion, 1952). Un village reculé au nord-est du Béarn, un bout du monde, en somme, dont il garde la nostalgie : « Entre l'église et l'école, j'étais heureux. à l'image de mes voisins, je n'aurais jamais quitté Aydie, ni ma maison » (Souvenirs d'un enfant, Flammarion, 1958). De fait, Peyré est toujours resté fidèle à ses racines. Mais, écolier appliqué, étudiant comblé, philosophe et juriste à la fois, il est armé pour la vie et connaîtra « l'exil » malgré lui.

Un exil relatif, toutefois, car, journaliste puis écrivain voyageur, poussé par le métier ou animé de sa seule imagination qui l'entraîne du Béarn des côtes aux Himalayas en passant par le Sahara, l'Espagne, le Maghreb et la Provence où il a fini par s'installer, dans le Var, Peyré n'échappe pas aux travers de sa race : en bon Béarnais - comme les Basques qui partent aux Amériques -, il sait qu'il n'est pas « de traversée qui n'exige le retour ».

Mort à Cannes le 26 décembre 1968, il repose à Aydie, à deux pas de l'école où il est né.

Auteur éclectique et fécond, Prix de la Renaissance pour L'Escadron blanc en 1931, et Prix Goncourt en 1935 pour Sang et Lumières, Joseph Peyré a tenu la scène littéraire pendant toute une grande moitié du XXe siècle. Témoin de son temps, visionnaire parfois, les thèmes qui l'inspiraient sont le dépassement de soi, la soif d'absolu et la quête de l'ailleurs.

Ses héros sont des gens simples, des « héros ordinaires » qui, d'une terre à l'autre où ses romans les mènent, espaces naturels, cités radieuses ou villes assiégées, ont tous, comme chacun d'entre nous dans le quotidien de la vie, leur « montagne à gravir ».

Il est « l'homme de ses livres », disait de lui Francis Carco.

© La Poste - Pierre Peyré

Affranchissement de la Lettre pour CE et Suisse 20g

23
oct.
2017
Télécharger le communiqué de presse
Croix-Rouge

La Poste émet un bloc de 3 timbres autour des 7 principes et valeurs humanitaires qui guident depuis toujours le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

La Poste reversera deux euros de don à la Croix-Rouge française, pour chaque bloc vendu.

© La Poste 2017
Création des timbres : Olivier Ciappa & David Kawena ;
Gravure : Elsa Catelin ;
Création du fond de bloc et mise en page : Valérie Besser
Le fond du bloc reprend les principes et les valeurs humanitaires du Mouvement international Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Quelques mots du bloc sont gaufrés et une dépose de vernis sélectif sur la croix rouge du logo central fait ressortir le sigle.

Les principes et valeurs humanitaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont partagés par plus de 17 millions de bénévoles et 400 000 permanents à travers le monde. Pour tous, ils représentent une identité commune et le grand dénominateur commun, dans l'ensemble de leurs actions au quotidien.

  • Le principe d'Humanité incarne le cœur même de notre idéal universel et de notre mission qui considèrent l'inaliénable respect de la dignité humaine, et traduit notre action afin de prévenir et soulager toutes les formes de souffrances humaines.
  • Le principe d'Impartialité considère l'égalité des hommes dans la souffrance, proscrit toutes formes de discrimination et assura la protection et l'assistance de chacun en fonction de ses besoins. Au quotidien, seules la vulnérabilité et la détresse des personnes nous mobilisent pour agir.

  • Le principe de Neutralité permet d'accéder à ceux qui ont besoin d'une assistance humanitaire efficace et désintéressée. Notre retenue, notre réserve et notre absence de jugement sont le gage de la confiance de tous pour accomplir notre mission.
  • Le principe d'Indépendance conditionne notre mission humanitaire dans le plus strict respect de l'ensemble de nos principes et assure notre autonomie vis-à-vis de toute ingérence politique, économique ou philosophique. L'auxiliariat des pouvoirs publics s'entend ainsi dans des liens de confiance où les États nous reconnaissent cette indépendance.
  • Le principe de Volontariat résulte d'un libre choix où le service et l'action humanitaire des bénévoles, avec le soutien des permanents, ont pour motivation première l'assistance à toutes les personnes en situation de détresse et de vulnérabilité.
  • le principe d'Unité garantit l'unicité de chaque Société nationale pour intervenir avec l'ensemble de ses moyens sur tout le pays, sans exclusive, en situation d'urgence comme dans le quotidien de ses actions, et être représenté à l'extérieur. Il implique aussi l'ouverture à tous, sans distinction de sexe, de condition sociale, de religion ou autre : la Société nationale doit être le reflet de la société civile.
  • Le principe d'Universalité affirme le caractère mondial du Mouvement et son action universelle, l'égalité de droits entre chaque Société nationale et le devoir d'être solidaires les unes des autres tout en respectant la souveraineté de chacune.

La Croix-Rouge française et Le Groupe La Poste travaillent ensemble à la création de produits philatéliques depuis 1914. L'émission de timbres à surtaxe par La Poste, mécanisme atypique de sollicitation de la générosité des Français, est un rituel que connaissent bien les acheteurs de beaux timbres et les collectionneurs thématiques.

La Poste est un des partenaires les plus fidèles de la Croix-Rouge française et depuis 2006, ce sont plus de 20 millions d'euros qui ont ainsi été reversés par La Poste à la Croix-Rouge française, grâce à l'engagement de tous les postiers.

Que fait la Croix-Rouge française avec 2 € ?

  • Elle procure 2 repas complets à des personnes vulnérables.
  • Elle sécurise une mère en lui donnant tout ce qu'il lui faut pour nourrir son bébé pendant une journée.
  • Elle distribue 6 couvertures de survie isothermes.

Que fait la Croix-Rouge française avec 20 € ?

  • Elle envoie une équipe assurer une heure de maraude au contact des personnes en situation de précarité.
  • Elle donne un kit hygiène à 2 personnes hébergées temporairement dans un centre d'accueil.

La Poste est fière d'être engagée, depuis plus de cent ans, aux côtés des 58 000 bénévoles et des 18 000 salariés de la Croix-Rouge française. Ils peuvent compter sur l'engagement et le soutien du Groupe La Poste et de milliers de postiers qui, chaque année, contribuent à faire de cette opération un vrai succès.

Affranchissement de la Lettre Prioritaire 20g

23
oct.
2017
Télécharger le communiqué de presse

Mise en ligne : 01/08/2017 - Dernière mise à jour : 05/10/2017