PHILAPOSTEL

Jusqu'au 18-11-2016

+

logo
logo yvert et Tellier

L'Association des Collectionneurs
de La Poste et d'Orange

Philatélistes, cartophiles, numismates, toutes collections

Château d'Amboise (Indre-et-Loire)

Émissions TP
Émission TP juillet 2019
Madame de Maintenon

© La Poste 2019 - Conception graphique Éloïse Oddos d'après portrait coll. château de Maintenon, Fondation Mansart.

La Poste émet le timbre Madame de Maintenon 1635-1719 commémorant le tricentenaire de sa mort.

Rien ne semblait prédestiner Françoise d'Aubigné à devenir l'épouse morganatique du roi de France Louis XIV. Quand elle voit le jour fin novembre 1635, c´est sur les murs de la conciergerie que s´ouvrent les yeux de la future Madame de Maintenon : sa mère loge en effet à côté de la prison royale de Niort où est détenu son père, Constant d´Aubigné.

Ballottée pendant son enfance au gré des pérégrinations paternelles, Françoise d´Aubigné séjourne quelques années en Martinique avant de revenir à Niort puis à Paris, où elle entre au couvent des Ursulines. Dorénavant orpheline, sans dot, elle accepte en 1652 d´épouser le poète Scarron, qui la laisse veuve à vingt-cinq ans non sans lui avoir transmis un solide bagage culturel qu´elle va s´attacher à faire fructifier.

Grâce à Madame de Montespan, maîtresse de Louis XIV, qu´elle a rencontrée chez un ami commun, Françoise d´Aubigné devient en 1669 gouvernante des enfants illégitimes du roi et de sa favorite. Elle se fait ainsi rapidement remarquer par le monarque, qui lui confère en 1675 le titre de marquise de Maintenon. Après la disgrâce progressive de Madame de Montespan, compromise dans l´affaire des poisons, et la mort de la reine Marie-Thérèse en 1683, Madame de Maintenon règne seule sur le cœur du monarque.

En octobre 1683, Louis XIV épouse Madame de Maintenon. Si ce mariage demeure secret, l'ascendant de Madame de Maintenon sur le Roi-Soleil est désormais patent. Surnommée par le monarque « Votre Solidité », elle l´encourage à davantage de dévotion, et sous son influence ce dernier renonce aux frasques de sa jeunesse. En 1686, Louis XIV finance pour elle la création à Saint-Cyr d'un pensionnat pour les jeunes filles nobles dans le besoin ; c'est là qu'elle se retire à la mort du roi, en 1715, avant d'y mourir le 15 avril 1719.

Affranchissement Lettre Prioritaire 20g

1
juil.
2019
Télécharger le communiqué de presse
Carnet « Vacances »

© La Poste 2019 - © Photographies de Jacques du Sordet, mise en page d'Etienne Théry.

La Poste émet un carnet de 12 timbres-poste pour les vacances, en mode Polaroid.

Photos prises par Jacques du Sordet, au polaroïd, exprimant les moments heureux de vacances ensoleillées, amicales, familiales,… le bonheur, le temps suspendu.

« C’est l’été,
les vacances,
les moments délicieux,
tendres, souvent insouciants,
les grands verres de sirop,
le temps perdu,
les nouveaux amis,
le soleil brûlant…
C’est l’été pour toujours. »

Quelques mots de l’artiste…

Jacques du Sordet est né à Lyon en juin 1962, il découvre la photographie à l'âge de 15 ans (avec une boîte de jeu de construction d'un appareil photo reflex).

De 1988 à 1989, il fera une mission de coopération au Cameroun en tant qu'ingénieur informaticien, ainsi que ces premiers travaux photographiques pour l'hebdomadaire Jeune Afrique. Il s'y forge alors un amour pour le voyage, les rencontres et le partage.

En 1990, il s'installe à Paris comme photographe indépendant spécialisé dans le reportage de voyages et parcourt le monde. Représenté par l'agence de presse photographique ANA à Paris (Anna Obolensky) à partir de 1995, il fera alors des travaux de commandes, de photographies de voyages, pour des magazines français tels que : Grands reportages, Géo, Figaro Magazine, Musée Art... Ainsi que des publications de livres de voyages aux Éditions du Jaguar (Djibouti, Sénégal, Togo, Madagascar...)

Á la demande d'Anna Obolensky, il prend la direction de l'agence ANA en 1999.

En 2011, il s'installe avec sa femme et ses 3 jeunes enfants dans le parc naturel du Perche où il vit en alternance avec Paris.

Il commence alors des travaux photographiques plus personnels sur de nombreux thèmes dont la nature et l'enfance.

La photographie de voyage, qu'il a pratiquée de nombreuses années, lui a donné un goût prononcé pour une photographie rapide et instinctive, le goût et l'envie de montrer la vraie émotion et la beauté du moment vécu ensemble, sans tricherie.

C'est pourquoi, dans cette série photographique (réalisée en France), il a cherché à saisir les instants fugaces de joie, de bonheur, de partage, ces moments complices que l'on vit souvent grâce, pour et avec les enfants. Ses instants simples et beaux qui deviendront peut-être des souvenirs, ses instants « hors du temps » que nous vivons spécialement l'été, pendant les « grandes vacances » !

Affranchissement Lettre Verte 20g

1
juil.
2019
Télécharger le communiqué de presse
Costumes de Méditerranée

© La Poste 2019 - Création Sabine Forget et mise en page Mario Prudenté
d’après un dessin de Léo Lelée d’Arlésiennes.
Numérisation : CD13 – Coll. Museon Arlaten © Sébastien Normand.

La Poste émet le timbre Costumes de Méditerranée qui concourt au plus beau timbre de l’Union EUROMed Postal.

L’Union EUROMed Postal a été établie à Rome, le 15 mars 2011, par 14 opérateurs postaux issus de la région méditerranéenne sous l'égide de l'Union postale universelle (UPU). Elle regroupe 21 pays en 2019.

Elle lance à partir du 8 juillet 2019 son premier Concours Philatélique du plus beau timbre EUROMed Postal de l’année.

Le timbre Costumes de Méditerranée pour la France met à l’honneur un costume : le costume de l’Arlésienne (Arles).

Pour illustrer cette thématique commune de 2019, La Poste a travaillé avec le Musée d’art et d’histoire de Provence (M.A.H.P.) et le Museon Arlaten de Grasse qui possède une importante collection de costumes provençaux.

Affranchissement Lettre Internationale 20g

8
juil.
2019
Télécharger le communiqué de presse
Remise de la légion d'honneur et de la croix de guerre à la vile de Reims

© La Poste 2019 - Création et gravure Pierre Albuisson,
d'après photo © Tibor Bognar/Photononstop et Musée de la Légion d'Honneur.

La Poste émet un timbre commémorant le centième anniversaire de la remise de la Légion d’Honneur et de la Croix de guerre à la ville de Reims.

Le 6 juillet 1919, « au nom de la France reconnaissante », le président de la République, Raymond Poincaré, remet solennellement la Légion d’Honneur et la Croix de guerre à la ville de Reims.

L’hommage est justifié ainsi : « Ville Martyre qui a payé de sa destruction la rage d’un ennemi impuissant à s’y maintenir. Population sublime qui […] a montré le courage le plus magnifique, en restant pendant plus de trois ans sous la menace constante des coups de l’ennemi. » Avec plus de 70% de ses habitations détruites, les réseaux du gaz, d’eau courante, d’électricité et les égouts à reconstruire, la ville n’est plus qu’un amas de ruines. En 1919, la moitié des habitants s’entasse dans des baraques en bois construites par l’armée, logements provisoires qui vont pourtant durer des années. S’il est bien une cité martyre, en effet, c’est celle-là.

Pour preuve, sa magnifique cathédrale, celle des sacres, bombardée et incendiée le 19 septembre 1914. L’hôtel de ville, devant lequel Poincaré prononce son discours, a subi le même sort, en mai 1917. Il n’est plus qu’une carcasse noircie et dévastée.

Peuplée de 115 000 habitants avant la guerre, Reims a perdu les trois quarts de ses concitoyens. Et pourtant, avant d’être évacuée par l’autorité militaire, en 1918, à la veille de la dernière grande offensive allemande, sa population tenait fièrement sous les bombardements. Les grandes caves des maisons de Champagne lui servaient de refuge : on y installa des dortoirs, des cuisines, des écoles, des églises, et même les services de la mairie. De 1914 à 1918, la ville de Reims était à moitié souterraine !

À la fois héroïne et victime, symbole d’une violence aveugle exercée contre les civils et modèle de résistance et de détermination, la cité des rois avait bien mérité de la patrie. Comme elle, une vingtaine de villes meurtries seront décorées dans l’après-guerre.

Affranchissement Lettre Prioritaire 20g

8
juil.
2019
Télécharger le communiqué de presse
1969 - 2019 Premier pas de l'Homme sur la Lune

© La Poste 2019 - : Création Alice Bigot d'après © ROGER-VIOLLET - © NASA.

La Poste émet un timbre commémorant le cinquantième anniversaire du premier pas de l’Homme sur la Lune.

Apollo 11 est une mission du programme spatial américain Apollo au cours de laquelle, pour la première fois, des hommes se sont posés sur la Lune, le 20 juillet 1969.

L'agence spatiale américaine, la NASA, remplit ainsi l'objectif fixé par le président John F. Kennedy en 1961 de poser un équipage sain et sauf sur la Lune avant la fin des années 1960 dans le but de démontrer la supériorité des États-Unis sur l'Union soviétique.

L’image de l’astronaute Buzz Aldrin saluant le drapeau américain, est sans conteste l’une des plus iconiques du XXe siècle.

« C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité. » Lorsque Neil Armstrong prononce ces paroles après avoir descendu le dernier échelon du module Eagle de la mission Apollo 11, le 21 juillet 1969, il marque de son empreinte le sol lunaire mais aussi l’histoire de notre civilisation. Par sa puissance évocatrice, cette trace durable dans la poussière de notre satellite est à rapprocher de celles de mains peintes sur des parois au paléolithique, 30 000 ans plus tôt. Toutes deux délivrent un même message pour la postérité : « Nous sommes venus ici ! »

Cette vision du drapeau américain « Stars and Stripes » suscite encore la polémique, 50 ans plus tard, non seulement sur son volet idéologique, mais aussi parce que des sceptiques pensent qu’il s’agit de ce que nous appelons aujourd’hui fake news. « Pourquoi le drapeau faseille-t-il alors qu’il n’y pas d’atmosphère sur la Lune ? » Dans la réalité, une tige maintenait le haut du drapeau et ce qui semble être des ondulations dues au vent ne sont que des plis figés. Alors que le drapeau en nylon renforcé (90 × 152 cm) n’avait coûté que 5 dollars, il aura fallu de l’ordre de 25 milliards à l’époque pour pouvoir le planter sur la Lune. Sur les six drapeaux déployés entre 1969 et 1972, seul celui d’Apollo 11 n’est plus debout. Planté trop près du module, il fut soufflé au décollage !

Affranchissement Lettre International 20g

22
juil.
2019
Télécharger le communiqué de presse

Mise en ligne : 10/05/2019 - Dernière mise à jour : 20/06/2019