PHILAPOSTEL

Jusqu'au 18-11-2016

+

logo
logo yvert et Tellier

L'Association des Collectionneurs
de La Poste et d'Orange

Philatélistes, cartophiles, numismates, toutes collections

Château de Gien (Loiret)
Émissions TP
Émissions de TP de février 2016
Bloc « Année du Singe »
© La Poste 2016
Création de Z.LI

Depuis 12 ans, La Poste fête le nouvel an chinois, ce bloc de timbres termine la série des signes astrologiques chinois initiée en 2005.

Le premier calendrier astrologique est apparu sous le règne de l'empereur Huang Di au 3e millénaire avant Jésus-Christ.

Les empereurs chinois avaient interdit la pratique de l'astrologie en dehors de la cour, de peur, qu'elle puisse aider leurs adversaires.

L'astrologie chinoise se base sur des notions d'astronomie, de religion ainsi que sur le calendrier chinois traditionnel.

Une légende raconte que Bouddha, avant de mourir, avait appelé tous les animaux vivant sur terre et seulement douze d'entre eux se sont présentés devant lui. Il donna à chaque année du cycle lunaire le nom d'un des 12 animaux venus lui dire adieu. Par ordre d'arrivée : le rat, le buffle, le tigre, le lapin (ou lièvre), le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre (ou bouc), le singe, le coq (ou phénix), le chien et enfin le cochon.

Cette légende explique de façon métaphorique la naissance du zodiaque chinois. L'animal qui domine votre année de naissance aura une influence considérable sur votre vie, votre caractère et sur votre destin.

Le singe régnera sur l'année chinoise qui débutera le 8 février 2016 et prendra fin le 27 janvier 2017.

Les natifs de l'année du singe ont l'esprit ouvert et curieux, ils sont dynamiques, actifs, intelligents. Plutôt solides, ils ne manquent pas de confiance en eux. Le sens de l'humour ne leur fait pas défaut mais ils sont aussi capables d'actes chevaleresques.

Affranchissement Lettre Prioritaire 20g

Télécharger le communiqué de presse
1
février
2016
Carnet « Sens de l'Ouïe »
a
© La Poste 2016

C'est bientôt le carnaval ! La Poste émet un carnet de 12 timbres-poste consacré au sens de l'ouïe.

C'est le 4e carnet de timbres de la série sur les cinq sens, initiée en octobre 2014 : il sort avec tambour, trompette et déguisements pour l'un des timbres.

Chlingg !! Ploc ! BadaBOUM, Christelle Guénot dessine, pour La Poste, afin de donner de la voix à chacun des douze timbres du carnet L'ouïe. Des tonalités métalliques, feutrées, rugissantes, discrètes, mélodieuses

Le carnet sur le sens de l'odorat est sorti en 2014, illustré par Emmanuelle Houdart. Le carnet sur le sens du toucher, en mars 2015, est illustré par des dessins conservés principalement au département des arts graphiques du Louvre. Les créations de Katy Couprie pour la vue ont été réalisées en gravure mais imprimées en héliogravure.

Vous attendez sans doute le carnet sur le sens du goût ? Il sortira quand les saveurs seront au rendez-vous, à la fin de l'été 2016.

Mais pour le moment : tendons l'oreille ! Entendre, c'est l'échange c'est la vie

Affranchissement Lettre Verte 20g

Mise en vente le 1 février 2016

Télécharger le communiqué de presse
1
février
2016
Marguerite LONG 1874-1966
© La Poste 2016
Création et gravure Sarah Bougault d'après photo / Lebrecht / rue des archives

En hommage à Marguerite Long, pianiste virtuose et pédagogue, La Poste émet un timbre, à l'occasion du 50e anniversaire de sa disparition.

S'affirmer comme femme artiste n'est pas chose facile au début du XXe siècle. Premier prix de piano du conservatoire de Paris dès l'àge de 15 ans, Marguerite Long donna son premier concert deux ans plus tard en 1893, mais le second seulement 10 ans après, victime des préjugés sociaux de l'époque contestant aux femmes toute disposition à la création artistique.

Elle finira pourtant par s'imposer comme « interprète choisie par eux-mêmes » de ses contemporains, compositeurs : Fauré, Debussy puis Ravel. Elle partagea avec ce dernier la gloire de la création du Concerto en sol en 1932 : elle au piano, Ravel dirigeant l'orchestre.

Grande pédagogue, elle enseigna au conservatoire supérieur de musique de Paris de 1906 à 1940. Peu à peu prend forme une méthode fondée sur le travail des doigtés, sur celui de la pratique des gammes et, surtout, sur la position arrondie de la main sur le clavier, dans le but d'obtenir ce jeu perlé si caractéristique de l'école française de piano. Ayant eu à cœur de révéler de jeunes talents tout au long de son parcours, c'est avec Jacques Thibaud (violoniste célèbre, membre du trio qui comptait Pablo Casals et Alfred Cortot) qu'elle crée en 1943, le concours international Long-Thibaud (devenu en 2011 « Long-Thibaud-Crespin ») auquel elle se consacra jusqu'à sa mort, en 1966.

Elle reçut de nombreuses décorations : elle fut commandeur de la Légion d'honneur (1938), grand-croix de l'Ordre national du Mérite, officier de l'Instruction publique.

Elle repose au cimetière Saint-Baudile de Nîmes.

Affranchissement Lettre Verte 20g

Télécharger le communiqué de presse
15
février
2016
Jan TOOROP 1858│1928
© La Poste 2016
mise en page Patte & Besset © Studio 2000 Art Gallery

La Poste émet un timbre de la série artistique rendant hommage au peintre Jan Toorop.

Jan Theodoor Toorop, est un peintre néerlandais, né le 20 décembre 1858 sur l'ile de Java (Indes néerlandaises), dont l'art a imprégné une partie de son œuvre. Il a étudié à l'Académie d'Amsterdam à partir de 1881, avant de partir étudier à Bruxelles, Paris et Londres.

Plusieurs courants ont influencé son travail : impressionnisme, pointillisme, symbolisme

Toorop développe son propre style symboliste : « Des lignes dynamiques imprévisibles sur la base de motifs javanais, très stylisés, et des figures longilignes et des dessins curvilignes ».

Son graphisme onduleux a préfiguré l'art nouveau. En 1900 et 1902, il expose à Vienne en compagnie d'artistes de la Sécession.

Il réalise plusieurs œuvres impressionnistes avec Annie Hall comme modèle. Toorop la représente en blanc, un blanc lumineux, il ne s'attache pas à son visage, elle semble toujours perdue dans ses pensées.

Affranchissement Lettre Verte 250g

Télécharger le communiqué de presse
22
février
2016
Georges CHARPAK 1924-2010
© La Poste 2016
création Florence Gendre, gravure Pierre Albuisson, d'ap.photo Raphael Gaillarde/Gamma

La Poste émet un timbre en hommage à Georges Charpak, scientifique de génie et grand humaniste.

Georges Charpak est né le 8 mars 1924 en Pologne. Il est arrivé en France à l'àge de 8 ans. Résistant pendant la guerre sous le nom de Jacques Charpentier, il est arrêté en 1943 et déporté à Dachau en 1944.

Étudiant à l'École des Mines de Paris, il en sort diplômé en 1947. En 1948, il est admis au CNRS comme chercheur dans le laboratoire de physique nucléaire du Collège de France, dirigé par Frédéric Joliot-Curie. Il obtient son doctorat de sciences en 1955 et se passionne ensuite pour la recherche de la structure de la matière.

Promu maître de recherches au CNRS en 1959, il est recruté par le CERN près de Genève et devient chercheur permanent en 1963.

Il est professeur associé du laboratoire d'électricité générale de l'école supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (ESPCI) à partir de 1980 et titulaire de la chaire Joliot-Curie pour un an en 1984.

Il est élu membre de l'Académie des sciences le 20 mai 1985. Il prend sa retraite du CERN en 1991.

Son travail au CERN va le mener jusqu'au prix Nobel, en 1992, « pour son invention et le développement de détecteurs de particules, en particulier la chambre proportionnelle « multifils ».

À partir de 1996, avec le soutien de l'Académie des sciences il prend la tête d'un important mouvement de rénovation de l'enseignement des sciences à l'école primaire, baptisé « La main à la pàte », qui touche aujourd'hui près d'une école sur trois en France et essaime dans le monde entier.

Il meurt le 29 septembre 2010 à Paris.

Affranchissement Lettre Verte 20g

Télécharger le communiqué de presse
29
février
2016
Carnet « Coqs de France »

© La Poste 2016
Création de G. BAROUCH

La Poste émet un carnet de 12 timbres présentant des races de coqs français.

Des timbres pour le coq, cet oiseau de basse-cour si fier et si populaire . Ne dit-on pas fier comme un coq ! Il enrichit notre langue française de multiples expressions : être comme un coq en pàte, se lever au chant du coq, sauter du coq à l'àne ! Cet animal familier qui sait se faire entendre est même le symbole de la France. Il a illustré le timbre d'usage courant entre 1957 et 1960, dessiné par Pierre Poulain, gravé par André Frères, entre 1962 et 1965, dessiné et gravé par Albert Decaris. En 1992, Gérard Garouste a repris le coq pour un timbre d'usage courant également, mi coq-mi femme, coq au corps de femme.

Les races de coqs représentés sur ce carnet ont pour la plupart un nom qui évoque des régions, départements ou même villes : le coq de Bresse, le coq Gournay, le coq Coucou de Rennes, le coq d'Alsace, le coq de La Flèche, le coq de Marans, du coq Meusien, du coq de Faverolles, du coq de Barbezieux, du coq du Bourbonnais et du coq du Gàtinais

Depuis 2013, La Poste émet des timbres qui mettent à l'honneur le patrimoine naturel de la France à travers les races d'animaux d'élevage et/ou domestiques tels que les chevaux, les vaches, les chèvres. Retrouvez certains de ces timbres sur le stand La Poste au Salon International de l'Agriculture.

Affranchissement Lettre Verte 20g

Télécharger le communiqué de presse
29
février
2016
Février 2016

Mise en ligne : 29/12/2015 - Dernière mise à jour : 12/01/2017