Ce jour est le 13 Mars - Rodrigue

Ce prêtre andalou est dénoncé par son frère, converti à l'islam, et décapité à Cordoue, en 857. La ville est à cette époque la résidence d'un émir musulman qui gouverne la plus grande partie de la péninsule ibérique.

Source Hèrodote


23e jour du mois de Ventôse dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la cochléaire..

tp-0146pre

23e jour des Poissons (24e en cas d'année bissextile).

Journée Mondiale

Journée mondiale de prière pour la Birmanie

Prénoms du jour

Bonne fête aux Rodrigue et ses variantes : Rod, Roderic, Roderick, Rodric, Rodrick, Rodrigo, Rodrigues, Ruy, et forme féminine Ruya.
Et aussi aux Euphrasie et son dérivé : Cosette (fête locale).
Heldrad et ses dérivés : Eldrad, Helder, Helrad, etc.
Léandre et ses dérivés : Lander, Leand, Leander, Leandra, Leandri, Leandro, Leandru, Léantier, etc.
Salomon et ses variantes : Soléiman, Soliman, Solomon.

Évènements

  • 1569 : Les protestants français sont défaits à Jarnac
  • Les armées catholiques et protestantes s'affrontent à Jarnac, près de La Rochelle, le 13 mars 1569, après que la reine Catherine de Médicis eut interdit le culte réformé (protestant) par l'édit de Saint-Maur (25 septembre 1568). Ainsi débute une troisième guerre de religion.

    Les protestants, moins nombreux que les catholiques, sont commandés par Coligny et Condé, ainsi que par Jeanne d'Albret et son fils, le roi Henri III de Navarre (futur roi de France sous le nom d'Henri IV).

    tp-1744

    L'arrière-garde protestante, conduite par Coligny, est défaite par surprise. Condé tente de la secourir avec 300 cavaliers. Trop tard. Le prince, bien que blessé, se jette néanmoins dans la bataille. Contraint à la reddition, il relève sa visière et tend son épée à un gentilhomme catholique.

    C'est alors que Joseph de Montesquiou, capitaine des gardes d'Henri d'Anjou, (futur Henri III), lui tire un coup de pistolet dans la tête à bout portant ! Àcette mort par traîtrise s'ajoute la profanation : la dépouille de Condé, prince de sang, est juchée sur une ânesse et renvoyée de cette façon aux protestants.

    Selon certains historiens, la perfidie de Montesquiou aurait inspiré l'expression : « coup de Jarnac ». Selon d'autres, celle-ci rappellerait le duel judiciaire entre le baron de Jarnac et le seigneur de La Chataîgneraie (1547)...

  • 1848 : Metternich chassé de Vienne
  • Une émeute oblige le prince de Metternich à s'enfuir de Vienne. Mais le fin diplomate ne tardera pas à restaurer l'autorité de l'empereur autrichien et à mettre fin au « printemps des peuples »...

  • 1881 : Assassinat du tsar Alexandre II
  • Le tsar Alexandre II est assassiné par un groupe de jeunes bourgeois anarchistes appelé Narodnaia volia (Volonté du peuple) le jour où il s'apprêtait à donner une Constitution à son pays et... annoncer son mariage avec sa jeune maîtresse...

  • 1954 : Giap à l'assaut de Diên Bên Phu
  • Le général Giap donne l'assaut à Diên Bên Phu. Le camp retranché français, assiégé depuis le 3  février, tombera la veille de la commémoration du 8 mai.

    Naissances

  • Alain
    Né en 1868 à Mortagne-au-Perche (Orne, France) - Décédé le 2 juin 1951 à Le Vésinet
  • tp-2800

    Alain (de son vrai nom Émile Chartier), adepte d'une morale du juste milieu, est le philosophe le plus représentatif de la IIIe République...

  • Michel de L'Hospital
    Né en 1504 à Aigueperse (Puy-de-Dôme) - Décédé le 13 mars 1573 à Boutigny-sur-Essonne
  • tp-1257

    Ami des humanistes et des poètes de la Pléiade, Michel de L'Hospital, chef du parti des « Politiques », nommé chancelier de France en 1560 par la reine-mère Catherine de Médicis, Michel de L'Hospital tente mais en vain de réconcilier catholiques et protestants. Le massacre de la Saint-Barthélemy consacre son échec...

  • Alexandre II Romanov
    Né en 1818 à Saint-Pétersbourg (Russie) - Décédé le 13 mars 1881 à Saint-Pétersbourg (Russie)
  • Alexandre II, tsar le plus libéral de l'histoire russe, a tenté non sans courage d'engager son empire dans la voie de la démocratie et de la modernisation. En un quart de siècle, il a multiplié les réformes mais son règne s'est achevé sur son tragique assassinat...

  • Joseph Peyré
    Né en 1892 à Aydie (Pyrénées-Atlantiques) - Décédé le 26 décembre 1968 à Cannes (Alpes-Maritimes).
  • tp-17.068

    Écrivain français.

    Il naît en 1892 en pays de Vic-Bilh, â Aydie, village béarnais où son père et sa mère sont instituteurs. Il fait ses études au lycée de Pau (aujourd'hui lycée Louis-Barthou) puis â Paris, où il est l'élève du philosophe Alain en khâgne au lycée Henri-IV, et â Bordeaux : licence de philosophie et doctorat en droit (mention Sciences politiques et économiques). Après une brève carrière d'avocat au barreau de Pau et de chef de cabinet â la préfecture de Limoges, il se dirige ensuite vers le journalisme avec Georges et Joseph Kessel. C'est alors, â la fin des années vingt, que ce dernier, soutenu par l'écrivain Francis Carco, pousse Peyré â écrire. Alain avait vu juste, qui avait prédit â son élève une carrière littéraire. Celle-ci durera près de quarante ans et donnera naissance â plus de quarante ouvrages...

    Trois thèmes animent l'œuvre de ce « romancier de la solitude et de l'exaltation de l'homme » :

    • le désert et les méharées à travers le sable, du cycle saharien qui compte notamment L'Escadron blanc, Le Chef à l'étoile d'argent, La Légende du goumier Saïd.
    • l'Espagne, qui revit dans Sang et Lumières ou Guadalquivir ; les deux ouvrages ont pour sujet la corrida et la tauromachie.
    • la haute montagne, avec Matterhorn (1939), Mont Everest (1942) et Mallory et son dieu (1947).
    • Joseph Peyré a aussi consacré plusieurs livres à son Béarn natal (Le Puits et la Maison, De mon Béarn à la mer basque) et au Pays basque : Jean le Basque (illustré par Ramiro Arrue) et Le Pont des sorts.

    Romancier de l'action, romancier de l'énergie, Joseph Peyré s'était présenté à l'Académie française en 1956 sur les instances de Pierre Benoit et du duc de Lévis-Mirepoix, au fauteuil du baron Seillière. Sans atteindre le succès, malgré un nombre important de voix. Le duc de Lévis Mirepoix écrit à ce propos : « C'était l'écrivain le moins porté à faire une campagne. Il n'était capable que d'attirer et de ressentir l'amitié. Il se montrait peu et venait rarement à Paris. À cette amitié de vingt ans toujours présente mais glissée au domaine des ombres, qu'il me soit permis de renouveler cette voix qui n'a pas abouti, mais qui demeure un fidèle hommage. ».

    Wikipedia

    Décès

  • Henri Péquet
    Né en 1888 à Bracquemont - Décédé le 13 mars 1974 à Vichy
  • Dès 1905, Henri Péquet débute une carrière d'aéronaute, et pratique le ballon libre avec Baudry. Il sera ensuite membre de l'équipage du dirigeable « Ville de Paris » avec Louis Paulhan. En 1908 Henri Péquet est engagé par la société d'aviation « Voisin » à Mourmelon. En 1909, il aborde le pilotage par un engagement comme mécanicien auprès du pilote chilien José Luis Sanchez Besa. Il participe à ce titre au meeting de Johannistal (près de Berlin). Il fait ses premières expériences d'aviateur durant les essais. Durant le meeting de Hambourg (1909), il aura l'occasion de faire son premier vol officiel en public; il participa aussi à la Grande Semaine d'Aviation de la Champagne en 1910 sur un avion Sanchez Besa.

    Le 10 juin 1910, Henri Péquet passe son brevet de pilote sur un avion construit par l'entreprise Voisin, sa carte porte le numéro 88.

    tp-0074pa

    Henri Péquet est le premier aviateur à avoir transporté officiellement du courrier par avion. Le 18 février 1911, entre Allahabad et Naini Junction, deux villes indiennes distantes de 10 kilomètres, avec l'aide de l'armée britannique, et dans le cadre de l'exposition universelle de l'Industrie et des Transports de Allahabad. Àl'issue de ce vol de 27 minutes à bord d'un avion Sommer, Péquet livre environ 6 000 lettres et cartes postales.

    Après l'expérience concluante du 18 février, à partir du 22 février 1911 et pendant toute la durée de l'exposition, Henri Péquet et le capitaine Walter George Windham assurent un transport régulier de courrier par avion, jusqu'à la gare de Naini Junction. Ils assurent ainsi la première liaison postale par avion régulière de l'histoire.

    Avant la première Guerre Mondiale, il est un des tout premiers aviateurs militaires, basé à l'aérodrome de Châteaufort (Yvelines). Il est affecté au « Service Aérien français » dans les premiers escadrons de l'Armée de l'Air créée quelques mois avant.

    Après sa période militaire, il devient pilote d'essai dans la société d'aviation « Morane-Saunier », qu'il quittera en 1934.

    Mobilisé en 1914, alors qu'il était en meeting à Moscou, il participe à la guerre 1914-1918 comme pilote mécanicien.

    Durant la seconde Guerre Mondiale, il participe à la Résistance. Il est capturé avec son épouse le 22 avril 1943 par la Gestapo, elle sera déportée en Allemagne jusqu'à la Libération.

    Après la guerre, il reprend ses activités à l'aérodrome de Vichy jusqu'en 1953.

    Sa carte de vol totalisera 8 200 heures, et il aura parcouru plus d'un million de kilomètres...



    Date de mise à jour : 17/10/2017
    Imprimer la fiche