Ce jour est le 16 Septembre - Édith

Cette princesse des îles britanniques est la fille du roi des Angles, Edgar le Pacifique. Elle se consacre à Dieu et rejoint sa mère au monastère de Wilton. Elle meurt le 16 septembre 864 à 23 ans.

Source Hérodote


30e jour du mois Fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du panier.

tp-0153pre

25e jour de la Vierge.

Journée internationale

Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

Prénoms du jour

Bonne fête aux Édith et ses variantes ou dérivés Edita, Édite, Éditha, Édithe, Edyth, Edytha et Edythe.
Et aussi aux Cyprien, sa variante Cyprian et ses formes féminines Cypriane et Cyprienne.
Ludmila et sa variante Ludmilla.
Ninian, et ses dérivés : Niel, Nin, Nina.
Procope

Elles se prénomment aussi Édith

Elles se prénomment aussi Ludmila

Historique Philatélique

  • Timbre d'usage courant aux changements des tarifs postaux
  • 1974
  • (20g) Lettre 1er ech. pour l'intérieur : Europa : 0.80F

    Événements

  • 1380 : Avènement de Charles VI le Fou
  • Charles VI a 11 ans quand il succède à son père Charles V le Sage, le 16 septembre 1380. Le roi étant mineur, ses puissants oncles, Louis d'Anjou, Jean de Berry, Louis de Bourbon et Philippe de Bourgogne, assurent la régence et en profitent pour dilapider les ressources du royaume. Plusieurs révoltes comme celle des Maillotins secouent le pays.

    En 1388, le roi Charles VI reprend en main les affaires du royaume. Il rappelle les sages conseillers de son père, gens de modeste extraction que les princes surnomment avec mépris les « Marmousets ». Le jeune roi est alors appelé par ses sujets Charles VI le Bien-Aimé et le royaume entre dans une longue « embellie ».

    Las, il sombre bientôt dans la folie et ses oncles reprennent leur place au Conseil. Le règne, l'un des plus longs de l'Histoire de France, se terminera en 1422 dans les pires calamités : querelle entre les Armagnacs et les Bourguignons, révolte des Cabochiens, défaite d'Azincourt et humiliant traité de Troyes, qui déshérite le fils du roi et d'Isabeau de Bavière au profit de l'héritier de la couronne d'Angleterre !..

  • 1807 : Napoléon 1er crée la Cour des Comptes
  • tp-4028


    L'empereur Napoléon 1er crée la Cour des Comptes. Cette administration remplace la Chambre des Comptes de l'Ancien Régime...

  • 1810 : Le cri de Dolores
  • tp-mex001

    Dans le village de Dolores, au Mexique, alors sous colonisation espagnole, le curé Miguel Hidalgo rassemble ses ouailles et les invite à se rebeller contre les représentants de Madrid.

    Il conclut sa harangue par ce cri : « Viva la Virgen de Guadalupe! Viva Fernando VII! Abajo el mal gobierno ! » (Vive la Vierge de Guadeloupe, vive Fernand VII, à bas le mauvais gouvernement !). Sa tentative tournera court et il sera arrêté et pendu par les autorités l'année suivante. C'est seulement en 1821 que deviendra indépendant le Mexique, anciennement appelé Nouvelle-Espagne.

    Depuis lors, l'anniversaire du « grito de Dolores » (le cri de Dolores) est célébré comme le jour de l'Indépendance...

  • 1936 : Le Pourquoi pas ? sombre en Islande
  • tp-4110

    Après douze heures de tempête, le Pourquoi pas ? se brise sur des récifs de la côte islandaise peu après avoir quitté le port de Reikjavik.

    L'explorateur Jean-Baptiste Charcot (69 ans) disparaît dans le naufrage ainsi que trente-neuf hommes d'équipage. 23 corps seront retrouvés. On compte un seul survivant, le maître timonier Gonidec...

  • 1959 : Droit des Algériens à l'autodétermination
  • Dans une déclaration télévisée, le général de Gaulle évoque pour la première fois le « droit des Algériens à l'autodétermination »...

    Naissances

  • Nadia Boulanger
    Née en 1887 à Clamecy (Nièvre) - Décédée le 22 octobre 1971
  • tp-17.061

    pédagogue, pianiste, organiste, chef de chœur, chef d'orchestre et compositrice française.

    Elle est née dans une famille comptant quatre générations de musiciens. Elle est la fille du compositeur et pianiste Ernest Boulanger (1815-1900) et de son épouse, la princesse Raïssa Ivanovna Mychetsky (1856-1935), une jeune cantatrice.

    Nadia naît le jour du 72e anniversaire de son père. Encouragée par celui-ci, elle commence à étudier l'orgue et la composition à l'âge de neuf ans. Elle côtoie Gabriel Fauré, proche ami des Boulanger, Charles Gounod, Camille Saint-Saëns, ou encore Raoul Pugno.

    En 1903, elle devient organiste suppléante de Gabriel Fauré, puis d'Henri Dallier à l'orgue de l'église de la Madeleine. Au Conservatoire de Paris, elle est élève de Louis Vierne et fait une scolarité brillante. À seize ans, elle obtient les premiers prix d'orgue, d'accompagnement et de composition. En 1908, elle remporte un deuxième second grand prix de Rome de composition.

    Quand sa sœur, Lili, meurt en 1918 à l'âge de vingt quatre ans, Nadia déclare qu'elle ne composera plus jamais et commence à se consacrer à la direction musicale, à la diffusion de l'œuvre de sa sœur, et, surtout, à la pédagogie. Elle mène son impressionnante carrière de professeur jusqu'à sa mort, à quatre vingt douze ans.

    wikipedia
  • Alain Colas
    Né en 1943 à Clamecy (Nièvre) - Disparu en mer le 16 novembre 1978
  • tp-2913

    Dès son enfance, il veut « réaliser ses rêves ». Écolier à Clamecy, il étudie en sixième au lycée Michelet de Vanves, puis au lycée Jacques Amyot d'Auxerre de la cinquième à la première. Il passe la classe de philosophie au lycée Paul Bert d'Auxerre, obtient le baccalauréat en 1961, et fréquente un an la faculté de lettres de Dijon. Il étudie ensuite l'anglais en Sorbonne. En juillet 1963, à dix-neuf ans, il crée le club de canoë-kayak de Clamecy.

    En 1967, Alain Colas rencontre Éric Tabarly, qui dispute la course Sydney-Hobart. Ce dernier lui propose d'embarquer à son bord, sur Pen Duick III, pour un périple jusqu'en Nouvelle-Calédonie.

    Il apprend le métier de marin de course au large et devient journaliste de ses aventures maritimes. En 1970, il rachète à Tabarly le trimaran Pen Duick IV, avec l'aide de sa famille. Pour payer les premières échéances, il raconte ses voyages dans la presse française et anglo-américaine et vend des photographies.

    Il rencontre au début de 1971 une tahitienne, Teura Krause, qui devient sa compagne, et avec laquelle il aura trois enfants.

    Le 17 juin 1972, sur Pen Duick IV, il prend le départ à Plymouth, en Angleterre, de la quatrième Transat anglaise, il arrive vainqueur à Newport aux États-Unis, pulvérisant le record de l'épreuve. Son prochain objectif est de réaliser le premier tour du monde en solitaire en multicoque avec Pen Duick IV rebaptisé Manureva. Il bat de trente-deux jours le record du tour du monde en solitaire.

    En 1978, Alain Colas participe à sa dernière course : le 5 novembre 1978, il prend le départ de la première Route du Rhum à bord de Manureva. Le 16 novembre 1978, alors qu'il a passé les Açores dans les îles Portugaises, il envoie son dernier message radio, dans lequel il signale qu'il fait bonne route...

    wikipedia

    Décès

  • Charles V le Sage
    Né le 21 janvier 1338 à Vincennes - Décédé en 1380 à Beauté-sur-Marne
  • Justement surnommé le Sage, le roi Charles V est l'un des plus grands rois de France, l'un des plus généreux aussi. Lui qui était inapte au combat et n'aimait rien tant que les livres a libéré le pays des Anglais et l'a rendu à la prospérité...

  • Louis XVIII
    Né le 17 novembre 1755 à Versailles - Décédé en 1824 à Paris
  • Le futur roi de France est, à sa naissance, prénommé Stanislas en souvenir de son arrière-grand-père, roi de Pologne et duc de Lorraine. À Paris, la rue Stanislas et le célèbre collège du même nom lui doivent leur appellation. Il reçoit d'abord le titre de comte de Provence et est appelé Monsieur quand son frère devient roi sous le nom de Louis XVI.

    tp-mon0767

    Il émigre le jour même où son frère tente de s'enfuir des Tuileries. Tandis que Louis XVI est arrêté à Varennes, le comte de Provence gagne la Belgique avant de rejoindre son jeune frère, le comte d'Artois (futur Charles X), à Coblence, sur les bords du Rhin. De 1791 à 1815, il n'en finira pas de courir l'Europe d'un exil à l'autre (Vérone, Blankenburg,...), entouré d'une petite cour de médiocres courtisans. Il s'attribue le titre de régent après la mort de Louis XVI puis celui de roi après celle de Louis XVII.

    En 1814, à la chute de Napoléon 1er, il monte enfin sur le trône sous le nom de Louis XVIII le Désiré...C'est le « retour des lys » ! Le roi, guéri de ses folies de jeunesse, tente, non sans mérite, de réconcilier la France de la Révolution et celle de l'Ancien Régime. Il met en chantier un projet de régime constitutionnel défini dans une « Charte constitutionnelle » que lui-même «octroie» au peuple français (il ne veut pas que la Constitution lui soit « imposée » par une assemblée constituante). Mais le retour de l'ex-empereur de l'île d'Elbe l'oblige à une fuite peu glorieuse et ruine ses efforts de conciliation.

    Après l'intermède des « Cent jours » de Napoléon 1er, qui s'achève à Waterloo, le roi quitte son exil temporaire de Gand. Il promet d'abord aux Français, à Cambrai, le 28 juin 1815, l'oubli et le pardon pour les trahisons et les égarements des « Cent jours ». Mais de retour à Paris dans les « fourgons de l'étranger », il lui est impossible de résister à la soif de revanche des émigrés. S'ensuit une brève mais violente période de « Terreur blanche ».

    (1815). Il fait dissoudre la Chambre introuvable (1816), s'efforce de pratiquer une politique modérée avec le duc de Richelieu puis une politique libérale qui semble s'incarner en son favori, Decazes, Premier ministre en 1818. L'assassinat, en 1820, du duc de Berry, en obligeant Louis XVIII à écarter Decazes, rend la prédominance aux ultras (Villèle) et à la politique de réaction qu'incarnera le comte d'Artois, devenu (1824) Charles X...

  • Édouard Nieuport
    Né le 24 aoû 1875 à Blida (Algérie) - Décédé en 1911 à Verdun
  • tp-0080pa

    Passionné par le vélo, il renonça à entrer à l'École polytechnique en 1896 pour entrer à l'École supérieure d'électricité. Il figura à plusieurs reprises au palmarès de grands prix cyclistes, remportant en particulier le Prix Zimmermann en 1897, juste après être passé coureur professionnel. L'année suivante il se classe troisième au Championnat de France.

    En 1902, Éilfonda à Suresnes, avec son frère Charles, une entreprise fabricant des magnétos, des bougies ou des accumulateurs pour l'automobile, la Nieuport-Duplex. L'entreprise compta parmi ses clients la firme Citroën et Léon Levavasseur, qui adopta l'allumage Nieuport-Duplex sur ses moteurs d'avion. Le moteur Antoinette équipant le biplan Voisin qui permit à Henry Farman de couvrir le premier kilomètre en 1907 avait un allumage Nieuport-Duplex. Pour Édouard Nieuport ce fut une révélation.

    En 1909, Édouard Nieuport acheta un biplan Voisin pour apprendre à voler et tester les accessoires électriques de son entreprise. Cet avion fut détruit le 18 avril 1910, prenant feu en vol. Miraculeusement, Édouard Nieuport en réchappe. Il avait alors 35 ans et un passé sportif. Il voulait donc construire des aéroplanes de compétition. La première réalisation de la SGAL fut donc un monoplan ultra-léger, le Nieuport I, qui atteignit 70 km/h avec un moteur ne dépassant pas les 20 ch.

    Il volait à plus de 101 km/h le 6 mars 1911 sur Nieuport II à moteur de 28 ch, puis le 21 mai 1911 il portait le record du monde de vitesse à 119 km/h du monde de vitesse, puis à 133 km/h le 16 juin. Entre-temps, en mai 1911, avait été constitué une nouvelle entreprise chargée de produire les monoplans Nieuport, la Société Nieuport et Deplante. Le 1er juillet 1911, à Eastchurch (Grande-Bretagne), la coupe de vitesse Gordon-Bennett vit Édouard Nieuport se classer troisième. Il était alors mobilisé comme réserviste avec son monoplan pour participer aux manœuvres dans les Ardennes.

    Surpris de le voir arriver malgré des conditions météorologiques peu favorables, les officiers présents sur le terrain le prièrent de redécoller pour effectuer une démonstration. Il redécolla donc, montant jusqu'à environ 800 m d'altitude avant de couper son moteur pour effectuer un atterrissage en vol plané. Mais à l'approche du sol une violente bourrasque de vent déséquilibra le monoplan qui percuta le sol. Dans le choc Édouard Nieuport heurta une tablette en bois placée devant lui. Victime d'une hémorragie interne, il décède.

    Wikipedia
  • Jean-Baptiste Charcot
    né en 1867 à Neuilly-sur-Seine - Décédé le 16 septembre 1936 (à 30 milles au nord-ouest de Reykjavik)
  • Il est le fils du médecin Jean-Martin Charcot. De 1876 à 1885, il fréquente l'École alsacienne, y pratique beaucoup le sport (boxe, rugby à XV, escrime) et rédige les aventures d'un trois-mâts en Patagonie pour un petit journal illustré. L'été, il pratique la voile à Ouistreham.

    taaf019

    De 1883 à 1887, il fait de nombreux voyages avec son père (Pays de Galles, Shetland, Hébrides, îles Féroé, en Islande, Jan Mayen, Pays-Bas, Espagne et Maroc, et gardera une véritable phobie des pays trop chauds). En 1888, il effectue son service militaire dans les chasseurs alpins en qualité de médecin auxiliaire.

    En 1891, reçu au concours d'internat, il effectue, en qualité de médecin, un voyage en Russie avec son père.

    En 1892, il se fait construire son premier Pourquoi Pas ?, un cotre de 19,50 m (20 tonneaux), par le chantier Bonnin à Lormont/Bordeaux. Cette même année, il est interne à l'hôpital de la Salpêtrière puis à l'hôpital Saint-Antoine.

    En 1897, il change de bateau, pour une goélette en fer de 31 m, avec moteur à vapeur, le Pourquoi Pas ? III.

    En 1901, il réalise des recherches nautiques, météorologiques et microbiologiques vers l'archipel des Shetland, les Hébrides et les îles Féroé...

    ...En septembre 1936, de retour du Groenland, où il est allé livrer du matériel scientifique à la mission de Paul-Émile Victor qui vient de traverser l'inlandsis en 50 jours. Ils repartent le 15 septembre pour Saint-Malo, mais le bateau est pris le 16 septembre dans une violente tempête cyclonique et coule corps et biens sur les récifs d'Álftanes vers 5 h 30.

    Le docteur Charcot, avec à ses côtés le commandant, officier des équipages de 1re classe Le Conniat et le maître principal pilote de la flotte Floury restèrent à bord et coulèrent avec le navire, selon les plus pures traditions de la marine. Jean-Baptiste Charcot, mort en mer, mais dont le corps est retrouvé, est enterré à Paris au cimetière de Montmartre, le 12 octobre 1936 après des funérailles nationales qui se déroulèrent à la cathédrale Notre-Dame de Paris...

    Voir la vidéo wikipedia

    Date de mise à jour : 16/09/2020
    Imprimer la fiche