Ce jour est le 17 Septembre - Renaud

Le saint du jour, moine d'origine picarde, a vécu au XIe siècle, période qui vit la chrétienté occidentale sortir des ténèbres. Il rejoignit Robert d'Arbrissel, fondateur de la célèbre abbaye de Fontevrault, entre Chinon et Saumur.

Source Hérodote


1er jour complémentaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la vertu.

tp-0153pre

26e jour de la Vierge.

Prénoms du jour

Bonne fête aux Renaud et ses variantes Réginald, Renaut, Raynaud, Reynald, Ronald.
Et aussi aux Lubin
Hildegarde

Ils se prénomment aussi

Historique Philatélique

  • Timbre d'usage courant aux changements des tarifs postaux
  • 1969
  • Il n'y a pas de timbres émis à cette date au tarif

    (20g) Lettre 1er ech. pour l'intérieur : Marianne de Cheffer : 0.80F

    Événements

  • 335 : Dédicace du Saint-Sépulcre
  • Ce jour a lieu la dédicace du Saint-Sépulcre, à Jérusalem. Une dizaine d'années plus tôt, on a découvert l'endroit où fut enseveli le Christ après sa crucifixion. Constantin, qui règne alors sur l'empire romain d'Orient, ordonne la construction d'une basilique et d'une rotonde autour du Saint-Sépulcre. L'inauguration de l'ensemble va faire de Jérusalem une grande ville de pèlerinage chrétien...

  • 642 : Les Arabes s'emparent d'Alexandrie
  • Sous le règne du calife Omar, les Arabes du général Amr entrent à Alexandrie, après un siège de plusieurs mois. Le patriarche chrétien de la ville, Cyrus, a négocié la reddition de sa ville et un tribut en échange du droit pour les chrétiens égyptiens de continuer à pratiquer leur religion et de gérer les affaires de leur communauté. Peu après, sur le cours du Nil, Amr fonde la forteresse de Fostat (ou El Fustat). Autour d'elle se développera la nouvelle capitale du pays, Le Caire...

  • 1787 : Une Constitution pour les États-Unis
  • tp-0357

    La Constitution des États-Unis d'Amérique est publiée le 17 septembre 1787, soit 4 ans après l'indépendance du pays, par le Congrès (en anglais « Convention ») de Philadelphie.

    Ce texte magistral et concis (70 alinéas) est inspiré par les analyses politiques d'Alexander Hamilton (Federalist Papers) et les thèses du philosophe anglais John Locke et de son homologue français Montesquieu sur la séparation des pouvoirs (L'Esprit des Lois, 1748).

    Complétée le 15 décembre 1791 par les dix amendements de la Déclaration des Droits (en anglais Bill of Rights), la Constitution est toujours en application deux siècles plus tard, preuve de remarquables facultés d'adaptation au temps. C'est la plus ancienne des Constitutions actuelles...

  • 1792 : Vol des joyaux de la Couronne
  • Dans la nuit, à Paris, une patrouille de police arrête une poignée de malandrins devant le Garde-Meuble national où sont exposés le mobilier et les joyaux de la Couronne, à l'angle de la place de la Concorde et de la rue Saint-Florentin (l'actuel Hôtel de la Marine).

    Elle découvre sur eux quelques mauvais diamants. Une enquête rapide montre alors que d'autres joyaux autrement plus précieux, les Joyaux de la Couronne, ont été posément dérobés dans les jours précédents. Parmi eux de fameux diamants : le « Grand Diamant Bleu », le « Régent » ou « Pitt » qui sera retrouvé plus tard, le « Sancy », le « Miroir du Portugal ».

    C'est ainsi qu'éclate l'affaire du « Vol du Garde-Meuble » dans une capitale enfiévrée par la chute de la monarchie et les massacres de Septembre. Dix sept seconds couteaux sont rapidement jugés et cinq exécutés sous l'inculpation de menées contre-révolutionnaires.

    Mais très vite des rumeurs courent sur les commanditaires du vol et l'on suspecte rien moins que les ministres girondins d'y avoir trempé. Parmi eux le ministre de l'Intérieur Roland et le ministre de la Justice Danton qui aurait fait remettre quelques joyaux au duc de Brunswick, commandant des troupes d'invasion prussiennes, pour le convaincre de se retirer. La victoire française de Valmy en serait la conséquence mais tout cela n'est qu'hypothèse...

  • 1793 : Loi des suspects
  • tp-871


    À la veille d'instaurer la Grande Terreur, la Convention vote la loi des suspects. Elle permet l'arrestation de ceux qui « n'ayant rien fait contre la Liberté, n'ont rien fait pour elle ». Autant dire que tout le monde est menacé. La loi sera abrogée après la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II...

  • 1879 : Boycott 1er
  • En Irlande, Charles Parnell, président de la Ligue agraire, inaugure une tactique nouvelle pour faire plier les propriétaires et les régisseurs qui maltraitent ou dépouillent leurs tenanciers : la mise en quarantaine.

    La première « victime » est un certain capitaine Charles Boycott, régisseur d'un grand propriétaire. Du jour au lendemain, il ne trouve plus aucun employé ni commerçant qui accepte de traiter avec lui ou seulement de lui parler. Pour éviter que ses récoltes ne pourrissent sur pied, il fait venir des paysans protestants de l'Ulster sous la protection de l'armée. Finalement, il jettera l'éponge et quittera l'Irlande, laissant son nom à la postérité !...

  • 1928 : Accord d'Achnacarry
  • Les patrons de Standard Oil of New Jersey (Walter Teagle), Anglo-Persian (John Cadman) et Royal Dutch Shell (Henri Deterding), principales compagnies pétrolières du monde, concluent un accord décisif en vue de se partager les réserves de pétrole du Moyen-Orient et de maintenir des prix élevés tout en s'évitant les désagréments d'une concurrence sauvage.

    Le château d'Achnacarry (Écosse), L'accord est conclu au château d'Achnacarry (Écosse), propriété de sir Henry Deterding, président de la Shell, sous prétexte d'une partie de chasse au coq de bruyère.

    Les autres membres du cartel pétrolier des Sept Sœurs (« The Seven Sisters ») ne tardent pas à s'y associer.

    L'accord d'Achnacarry sera gardé secret jusqu'en 1952. Cette année-là, le gouvernement américain le rendra public pour obliger les firmes à jouer le jeu de la concurrence et baisser leurs prix... de façon que les crédits accordés aux Européens dans le cadre du plan Marshall ne servent pas simplement à enrichir les pétroliers !...

  • 1939 : Les Soviétiques envahissent la Pologne
  • Deux semaines après les armées allemandes, les armées soviétiques entrent à leur tour en Pologne. Staline et Hitler se partagent le malheureux pays en vertu d'une clause secrète du pacte germano-soviétique signé le 24 aôt 1939. La France et l'Angleterre, qui s'étaient engagées à secourir la Pologne, restent l'arme au pied,... en attendant leur tour...

  • 1978 : accord israélo-égyptien de Camp David tp-Prix Nobel
  • tp-egybf036 tp-isr1201

    Fort de sa demi-victoire dans la guerre du Kippour, en octobre 1973, le président égyptien Anouar el-Sadate rencontre son voisin, le Premier ministre israélien Benahem Begin à Camp David (Maryland), la résidence d'été du président américain Jimmy Carter.

    Sous l'égide de ce dernier, les deux adversaires concluent un accord le 17 septembre 1978. Cet accord de Camp David débouche le 26 mars 1979 sur un traité de paix en bonne et due forme : l'Égypte reconnaît le droit à l'existence de l'État d'Israël et permet au pavillon israélien d'emprunter le canal de Suez ; elle récupère en contrepartie le Sinaï. Les deux pays ouvrent des représentations diplomatiques et entament des relations commerciales.

    Ce succès diplomatique vaut aux trois hôtes de Camp David de recevoir le Prix Nobel de la paix. Il vaut aussi à Anouar el-Sadate d'être assassiné par un islamiste le 6 octobre 1981.

    Les Israéliens concluent ensuite un traité de paix avec la Jordanie puis un accord provisoire sur le Golan avec la Syrie. Ils sont désormais seuls ou à peu près face aux Palestiniens et à leurs représentants, qu'ils tentent de réduire au silence en envahissant le Liban en 1982...

    Naissance

  • Marie Jean Antoine de Condorcet
    Né en 1743 à Ribemont (Aisne, France) - Décédé le 6 avril 1794 à Paris
  • tp-2592

    Le marquis de Condorcet, grand mathématicien et philosophe des Lumières, est nommé par Turgot inspecteur général des monnaies. Très engagé dans la Révolution, il se rallie à la République et rallie les Girondins. Après la proscription de ces derniers, le 2 juin 1793, il entre dans la clandestinité et en profite pour écrire un ouvrage plein d'optimisme : Esquisse des progrès de l'esprit humain. Arrêté, il s'empoisonne dans sa cellule...

    Décès

  • Hildegarde de Bingen
    Né en 1098 à Bermersheim (Allemagne) - Décédé en 1179 à Rupertsberg (Allemagne
  • tp-d1813

    Hildegarde de Bingen reçoit l'inspiration divine et la transcrit, vers 1180, miniature du Codex de Rupertsberg. Curieuse sainte que cette mystique, parfois surnommée la « Sibylle du Rhin », en raison de ses visions et ses prophéties.

    Née dans une famille de chevaliers au service de l'évêque de Spire, elle a des visions dès l'âge de cinq ans.

    Entrée au monastère bénédictin de Disibodenberg, elle en devient abbesse avant de fonder son propre monastère à Rupertsberg, près de Bingen (Rhénanie), en 1150.

    Bernard de Clairvaux et le pape Étienne III l'autorisent à publier ses visions, ce qu'elle va faire sous forme de manuscrits imagés qui vont la rendre célèbre et lui valoir de nombreux visiteurs et une abondante correspondance en latin et en allemand.

    Férue en médecine et en linguistique, elle publie aussi des traités médicaux et invente une langue de 700 mots connue d'elle seule !

    Elle fait l'objet d'un culte local dès le XIVe siècle mais c'est seulement le 10 mai 2012, soit huit siècles après sa mort, qu'elle se voit canonisée . Mieux encore, le pape Benoît XVI, comme elle allemand et érudit, la hisse au rang de Docteur de l'Église le 7 octobre 2012. Elle est la quatrième femme à recevoir cet honneur...

  • Eugène Viollet-le-Duc
    Né le 27 janvier 1814 à Paris - Décédé en 1879 à Lausanne
  • Architecte, est connu auprès du grand public pour ses restaurations de constructions médiévale

    tp-2095

    On lui doit aussi d'avoir posé les bases de l'architecture moderne, par ses écrits théoriques marqués par le rationalisme (Entretiens sur l'architecture, 1863), et d'avoir directement inspiré plusieurs acteurs majeurs du mouvement Art nouveau : Victor Horta, Hector Guimard, Henri Sauvage, Eugène Grasset, Antoni Gaudí, Hendrik Petrus Berlage, Louis Sullivan, Frank Lloyd Wright, etc.

    Une correspondance fournie montre la proximité et l'affection entre Viollet-le-Duc et son père, encore plus après la mort de sa mère, en 1832, Viollet-le-Duc n'est âgé que de 18 ans. Son père l'encouragera dans sa voie professionnelle.

    Il est également très proche de son oncle, le frère ainé de sa mère, Étienne-Jean Delécluze (1781-1863), un peintre et critique d'art français.

    Entre 1826 et 1829, il est en pensionnat à l'institut Morin, à Fontenay-aux-Roses.

    En 1834, il deviendra professeur suppléant de composition et d'ornement à la « petite école » de dessin (ancienne École royale gratuite de dessin, qui devint plus tard l'École nationale supérieure des arts décoratifs).

    Après un voyage au mont Saint-Michel l'année précédente, Eugène Viollet-le-Duc part en 1836 faire un voyage d'études de 18 mois en Italie. À son retour, il entre au Conseil des bâtiments civils comme auditeur, et est nommé sous-inspecteur des travaux de l'hôtel des Archives du royaume.

    Parallèlement, au début des années 1830, un mouvement de restauration du patrimoine médiéval apparut en France. Prosper Mérimée devenu inspecteur général des Monuments historiques, demanda à Viollet-le-Duc, l'architecte - il avait boudé les Beaux-Arts - de restaurer la basilique de Vézelay en 1840 et la collégiale de Clamecy. Ce travail marqua le commencement d'une longue série de restaurations, dont les plus connues sont la cité de Carcassonne, la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1843 avec Jean-Baptiste-Antoine Lassus. Viollet-le-Duc doit beaucoup à cet architecte et historien de l'architecture et des arts décoratifs du Moyen Âge dont l'église Saint-Jean-Baptiste de Belleville est l'œuvre la plus achevée. Viollet-le-Duc travaillera aussi sur les châteaux de Roquetaillade, de Coucy et de Pierrefonds.

    wikipedia
  • Alfred de Vigny logo_af.gif
    Né le 27 mars 1797 à Loches (Indre-et-Loire) - Décédé en 1863 à Paris 8e
  • Écrivain, romancier, dramaturge et poète français.

    tp-1375

    Figure influente du romantisme, il écrit parallèlement à une carrière militaire entamée en 1814 et publie ses premiers poèmes en 1822. Avec la publication de Cinq-Mars en 1826, il contribue au développement du roman historique français. Ses traductions versifiées de Shakespeare s'inscrivent dans le drame romantique, de même que sa pièce Chatterton (1835). Son œuvre se caractérise par un pessimisme fondamental, et une vision désenchantée de la société. Il développe à plusieurs reprises le thème du paria, incarné par le poète, le prophète, le noble, Satan ou bien le soldat. Sa poésie est empreinte d'un stoïcisme hautain, qui s'exprime en vers denses et dépouillés, souvent riches en symboles, annonçant la modernité poétique de Baudelaire, Verlaine et Mallarmé.

    Il naît au sein d'une famille issue de la vieille noblesse militaire. Après une vie de garnison monotone, il fréquente les milieux littéraires parisiens et notamment le cénacle romantique de Victor Hugo. De 1822 à 1838, il écrit des poèmes (Poèmes antiques et modernes), des romans (comme Stello), des drames (comme La Maréchale d'Ancre) et des nouvelles (Servitude et grandeur militaires) qui lui apportent la célébrité. En 1838, il s'installe pour la première fois au Maine-Giraud, son domaine situé en Charente. Il gôte à la solitude et prend soin de sa femme malade et constamment alitée. De retour à Paris, il se mêle de nouveau à la vie politique et littéraire. Il parvient en 1845 à se faire élire, au bout de la cinquième tentative, à l'Académie française au fauteuil n° 32.

    Il meurt d'un cancer de l'estomac, après une lente agonie qu'il supporte avec patience et stoïcisme. Son recueil posthume Les Destinées est publié en 1864. Son Journal est révélé en 1867.

    wikipedia

    Date de mise à jour : 13/01/2019
    Imprimer la fiche