Ce jour est le 12 Octobre - Wilfried

Né en Angleterre à l'époque de nos rois fainéants, le saint du jour a fait ses études à Lyon avant de devenir archevêque d'York. Il a diffusé dans son île natale le catholicisme romain et la règle monastique de Saint Benoît de Nursie. Il est mort en 709...

Source Hérodote


21e jour du mois Vendémiaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du chanvre.

tp-0155pre

20e jour du Balance.

Journée internationale

Journée Internationale de la prévention des catastrophes naturelles

Prénoms du jour

Bonne fête aux Wilfried et ses variantes Wilfred et Wilfrid.
Et aussi aux Edwin, sa variante Edwyn et ses diminutifs courants Eddie et Edwy.
Félix
Séraphin

Il se prénomme aussi Wilfrid

Ils se prénomment aussi Edwin

us1498

Événements

  • 207 avant J.C. : Fin de la dynastie Qin
  • Ershi Huangdi, fils et successeur du Premier Empereur chinois, abandonné par ses conseillers et isolé dans son palais de Xianyang, croit voir des rebelles l'assaillir. Il se suicide ou se fait tuer, on ne sait. Ainsi finit prématurément la dynastie Qin. L'eunuque Zhao Gao, premier ministre du Deuxième Empereur, octroie une simple couronne royale à un sien neveu, le prince Zi Ying. Ce nouveau règne ne durera que 43 jours ! Contre toute attente, un fils de paysan du nom de Liu Bang va relever l'œuvre du Premier Empereur et la pérenniser...

  • 1492 : Christophe Colomb atteint le Nouveau Monde
  • tp-taaf122


    Christophe Colomb aborde le Nouveau Monde après deux longs mois de navigation, le navigateur génois pose le pied sur une plage des Bahamas... en croyant atteindre le Japon !...

  • 1812 : Décret « de Moscou »
  • Napoléon 1er réorganise la Comédie-Française par un décret supposé signé à Moscou, le 12 octobre 1812.

    tp-2106

    En bon communiquant, l'Empereur a voulu ainsi signifier qu'il pouvait garder la tête froide dans une ville en feu à des milliers de kilomètres des Tuileries. Mais l'historien Jean Tulard a montré que le décret a été en fait rédigé à Paris au retour de Russie et sciemment antidaté !

    Toujours est-il que la Comédie-Française s'en trouve profondément transformée.

    La troupe a été créée en 1680 par une ordonnance du roi Louis XIV prescrivant la fusion des Anciens Compagnons de Molière et des Grands comédiens de l'Hôtel de Bourgogne, deux troupes rivales de l'époque. Par cette ordonnance, la Comédie-Française obtient le monopole du répertoire français, concurrent du théâtre italien alors en vogue...

  • 1822 : Le Brésil se donne un empereur
  • tp-br1010


    Dom Pedro, fils du roi du Portugal, est proclamé empereur du Brésil à Sao Paulo, un mois après l'indépendance du pays...

  • 1999 : Six milliards d'hommes sur la Terre
  • Selon une estimation des démographes de l'O.N.U., la population de la Terre a atteint le seuil symbolique de six milliards d'êtres humains vivants (dont environ 13% d'Européens). La barre du premier milliard a été franchie vers 1850 et, au début du XXe siècle, la population mondiale s'élevait à 1,6 milliard d'êtres humains (dont environ 26% d'Européens)...

    Naissances

  • René Leriche
    Né en 1879 à Roanne - Décédé le 28 décembre 1955 à Cassis
  • Chirurgien et physiologiste

    tp-1145

    Issu d'une famille de médecins lyonnais. René entre à l'école des Maristes. En 1893, il a obtient son baccalauréat en rhétorique. Au mois de mars 1894, il écrit à ses parents qu'il veut devenir chirurgien. Il achève son baccalauréat de philosophie pour entrer à la Faculté des sciences de Lyon, et préparer le P.C.N. (Physique-chimie-sciences naturelles). En 1899-1900, Leriche fait son service militaire au 98e régiment d'infanterie. Il est interne en 1902, puis Docteur en médecine en soutenant une thèse consacrée à la technique de résection chirurgicale dans le traitement du cancer de l'estomac en 1906.

    Au début de la première guerre, il est affecté dans une ambulance chirurgicale dans les Vosges. Il passe à l'hôpital russe installé dans l'hôtel Carltonnote. En avril 1917, souhaitant depuis longtemps retourner au front, René Leriche rejoint l'équipe de l'"auto-chir". Il devient Chirurgien Major de 1re classe le 28 décembre 1917. L'idée de Leriche est de différencier le linge blanc traditionnel dans lequel sont amenés les blessés, du linge des salles d'opérations chirurgicales aseptiques. Il choisit le bleu et fait peindre les salles chirurgicales en bleu. Tout le linge des salles d'opérations est également de couleur bleue : linge opératoire, casaques, calots, masques. Cette couleur sera adoptée dans le monde entier et, pour la première fois, cette convention permet de limiter au mieux les contaminations infectieuses.

    Il devient chirurgien des hôpitaux de Lyon en 1919. En 1924, il est titulaire d'une chaire à l'université de Strasbourg où il introduit la notion de « chirurgie non agressive ». En 1925, lors de sa leçon inaugurale à la chaire de clinique chirurgicale de l'université de Strasbourg il affirme que la chirurgie ne doit plus se limiter à la correction ou à l'ablation des lésions anatomiques mais qu'elle doit s'attaquer au traitement des troubles fonctionnels.

    En 1936, il succède à Charles Nicolle au Collège de France : il occupera la chaire de Médecine expérimentale de 1937 à 1950. Cela lui permet de continuer ses recherches en y créant un laboratoire de chirurgie expérimentale et de conceptualiser ses théories sur la physiologie et la pathologie.

    De retour à Lyon après l'armistice du 22 juin 1940, il décline le poste de ministre de la Santé qui lui aurait été proposé par le chef de l'État français, le maréchal Pétain. Il accepte néanmoins la présidence de l'Ordre national des médecins créé en octobre 1940 par le régime de Vichy. Cet organisme renforcera l'emprise de l'État sur l'organisation de la médecine, appuiera le numerus clausus dans les études médicales et appliquera l'interdiction professionnelle des médecins juifs. Le professeur Leriche, en désaccord avec ces directives de l'État, en démissionne en décembre 1942.

    À la Libération, il est évincé des circuits officiels. Il est cependant élu membre de l'Académie des sciences et de l'Académie nationale de médecine en 1945. L'Ordre des médecins est alors réformé.

    Wikipedia

    Décès

  • Robert Edward Lee
    Né le 19 janvier 1807 à Stratford House (États-Unis) - décédé en 1870 à Lexington (États-Unis)
  • tp-usa602

    Issu d'une vieille famille de planteurs virginiens, Robert E. Lee s'illustre dans la guerre contre le Mexique en 1848 puis dirige l'Académie militaire de West Point, où il a lui-même effectué de brillantes études. En 1859, il met fin à la rébellion du militant anti-esclavagiste John Brown. Quand survient la sécession du Sud, le président Lincoln lui offre le commandement de l'armée de l'Union mais l'officier est tiraillé entre sa fidélité aux États-Unis et son attachement à sa Virginie natale, sécessionniste.

    Chef des armées sudistes pendant la guerre de Sécession, il battit les nordistes à Richmond, à Fredericksburg (1862), à Chancellorsville (1863) et marcha sur Washington. Il fut battu à Gettysburg (1863) et dut capituler à Appomattox (1865)...

  • François Guizot
    Né le 4 octobre 1787 à Nîmes - Décédé en 1874 à Val-Richer
  • François Guizot est le principal ministre de Louis-Philippe 1er, le « roi bourgeois » par excellence. Il exprime mieux qu'aucun autre le réformisme tranquille de ce règne et une certaine forme de « conservatisme éclairé;nbsp;» qui se retrouve dans la formule célèbre : « Enrichissez-vous par le travail, par l'épargne et la probité »...

  • Jean-Baptiste Carpeaux
    Né le 11 mai 1827 à Valenciennes - Décédé en 1875 à Courbevoie
  • Sculpteur, peintre et dessinateur

    tp-1170

    Jean-Baptiste Carpeaux grandit dans une famille modeste d'ouvriers à Valenciennes. Il aime dessiner et souhaite faire des études de sculpture contre la volonté de son père. Arrivé à Paris en 1842, Carpeaux reçoit une première formation de dessin et de modelage à la Petite École. En 1844, il entre à l'école des beaux-arts de Paris dans l'atelier de François Rude. Dix ans plus tard, il remporte le prix de Rome. Il s'installe à la villa Médicis et étudie les grands maîtres : Raphaël, Michel-Ange. Il voyage en Italie où il puise son goût pour le mouvement et la spontanéité. En 1862, rentré à Paris, il est introduit à la cour impériale par son ami et mécène, Eugène d'Halwin de Piennes bientôt chambellan de l'impératrice. Il sculpte la même année un buste de la princesse Mathilde qui lui permet d'obtenir plusieurs commandes de la part de Napoléon III. Il participe à la décoration extérieur du pavillon de Flore et l'opéra Garnier.

    En 1869, Carpeaux sculpte La Fiancée. Le modèle est Amélie Clotilde de Montfort (1847-1908), fille du vicomte Philogène de Montfort, conseiller général de la Marne et général gouverneur du palais du Luxembourg.

    Il collabore avec l'architecte Gabriel Davioud pour sa dernière œuvre, la Fontaine des Quatre Parties du Monde de la place Camille-Jullian à Paris. Il réalise le groupe des quatre figures de l'Asie, l'Europe, l'Amérique et l'Afrique soutenant le globe terrestre. Après sa mort c'est Emmanuel Frémiet qui achève la fontaine en ajoutant les huit chevaux bondissants, les tortues et les dauphins du bassin.

    Jean-Baptiste Carpeaux, très attaché à sa ville natale, lègue une partie de ses œuvres au musée des beaux-arts de Valenciennes.

  • Anatole France logo_af.gif tp-Prix Nobel
    Né le 16 avril 1844 à Paris - Décédé en 1924 à Saint-Cyr-sur-Loire
  • tp-343


    Bibliothécaire au Sénat, Anatole France témoigne dans ses écrits, romans et essais, d'un scepticisme aimablement rationaliste et d'une critique sociale acerbe et non dépourvue de lucidité (Les dieux ont soif, Crainquebille, L'île des pingouins,...). Dreyfusard de la première heure, il se distingue de ses contemporains par son opposition à la colonisation...

    Wikipedia

    Date de mise à jour : 11/10/2017
    Imprimer la fiche