Ce jour est le 11 Novembre - Martin

Ancien centurion romain originaire des bords du Danube, Martin évangélise la France. Populaire évêque de Tours, il est inhumé dans sa bonne ville le 11 novembre 397...

Source Hérodote


21e jour du mois Brumaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la bacchante.

tp-0148pre

20e jour du Scorpion.

Semaine mondiale

Semaine mondiale de l'entrepreneur

Commémoration nationale

Commémoration de l'armistice de 1918

Prénoms du jour

Bonne fête aux Martin
et aussi aux Marine et ses variantes Marina, Marinella, Marinelle, Marinette, Marinne et Maryne.
Ménas et ses dérivés : Menne, Mennie, etc.
Véran et ses dérivés féminins Vérane, Véranne, Verena et Véréna.
Franseza et ses dérivés bretons : Fant, Fanta, Fantig, Fantou, Fant, Seza, Sezaig, Soaz, Soazig, Soez, Soezic, Soizic, Soizig, etc.
Arneg et ses dérivés bretons : Arnec, etc.

Ils se prénomment aussi

Événements

  • 43 avant J.C. : Un triumvirat pour succéder à César
  • Antoine, Lépide et Octave se font nommer par le Sénat romain pour exercer un gouvernement à trois. C'est le second triumvirat (tres viri reipublicae constituendae).../p>

  • 397 : Saint Martin est inhumé à Tours.jpg
  • tp-1279



    Né vers 315 à Sabaria, en Pannonie (aujourd'hui Szombathely, en Hongrie), l'évangélisateur des Gaules s'est acquis une stature exceptionnelle au terme d'une vie agitée, tissée de grands voyages à travers toute l'Europe...

  • 1215 : Ouverture du concile Latran IV
  • le concile de Latran IV a marqué l'histoire de l'église par les nombreuses « innovations » qu'il a apportées dans la vie quotidienne.

    Quand le pape Innocent III ouvre le quatrième concile du Latran, il peut se flatter d'avoir hissé la papauté à un niveau de prestige qu'elle n'avait encore jamais atteint.

    tp-1279

    Le concile Latran IV marque l'apogée de la chrétienté médiévale et de la papauté après l'effort de renouveau inauguré, 150 ans plus tôt, par Grégoire VII . Environ 800 abbés et 400 évêques se réunissent dans la basilique romaine dont les papes du Moyen âge ont fait leur principale résidence. Pendant les trois semaines que dure le concile, du 11 au 30 novembre 1215, de nombreuses décisions sont prises qui renforcent l'emprise du Saint-Siège sur la chrétienté occidentale.

    Le concile réglemente en premier lieu la confession. Il établit l'obligation de se confesser et de communier au moins une fois l'an, à Pâques. Il instaure la confession auriculaire (à l'oreille du prêtre) en remplacement de la confession publique, rare et réservée aux actes graves et connus de tous. La religion catholique confirme ainsi son emprise sur les populations d'Europe occidentale.

    Avec le concile Latran IV apparaît un nouveau personnage, le curé. Celui-ci est un prêtre affecté à un territoire, la paroisse, avec la charge d'en soigner les âmes. D'où son nom, dérivé du latin « cura animarum » (soin des âmes).

    Relativement instruit, célibataire, généralement chaste et consciencieux, attaché à son village, le curé devient très vite un pilier de la société médiévale... et les travers de certains d'entre eux ne tarderont pas à alimenter un anticléricalisme tantôt ironique, tantôt violent.

    Parmi les innovations majeures du concile Latran IV de 1215 figure la publication des bans à l'occasion des mariages. Il n'est désormais plus possible de convoler dans la clandestinité. Cette mesure est destinée à lutter contre les unions consanguines, entre cousins et parents proches, que l'Église et le corps social tiennent en horreur, ces unions débouchant sur une dégénérescence génétique et, dans le meilleur des cas, sur un repli communautaire.

    Les évêques conciliaires accomplissent un acte révolutionnaire en n'autorisant que les mariages pour lesquels les deux conjoints, l'homme et la femme, auront publiquement exprimé leur consentement.

    Ainsi, pour la première fois dans l'Histoire de l'humanité, la société accorde aux femmes le droit de disposer d'elles-mêmes. Les femmes ne sont plus des mineures, comme sous l'Antiquité, ou des marchandises que le père cède contre une dot, ainsi qu'il en va encore dans maintes.

    Le concile Latran IV impose aussi aux juifs et aux musulmans le port d'un insigne distinctif. Il condamne enfin les doctrines vaudoise et cathare qui sanctifient la pauvreté et le renoncement aux valeurs matérielles...

  • 1417 : La papauté refait son unité à Constance
  • À Constance, un concile met fin au Grand Schisme d'Occident...

  • 1831 : Nat Turner est pendu en Virginie
  • À Southampton, en Virginie, Nat Turner est pendu après jugement pour avoir entraîné dans la révolte une centaine d'esclaves comme lui et assassiné en 24 heures une soixantaine de blancs. Ainsi finit la principale révolte d'esclaves qu'aient connue les États-Unis...

  • 1918 : Un armistice met fin à la Grande Guerre
  • tp-4322

    Un armistice met fin à la Grande Guerre, première guerre totale, qui a meurtri l'Europe comme aucune autre. On veut croire qu'elle restera la dernière de l'Histoire, la « der des der ».
    La commémoration de l'Armistice, tous les 11 novembre, demeure l'un des temps forts de la vie civique en France et dans les principaux pays alliés, soit que l'on se recueille devant l'un des nombreux monuments aux morts ou la tombe du Soldat inconnu, soit que l'on arbore un coquelicot comme au Canada ou en Angleterre...

  • 1942 : Occupation de la zone « libre »
  • Hitler déclenche l'opération « Attila ». En réponse au débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, l'armée allemande franchit la ligne de démarcation qui sépare la France occupée de la France dite « libre » depuis l'armistice de 1940. À Toulon, sur ordre de l'amiral Jean de Laborde, la flotte française se saborde pour échapper aux Allemands sans pour autant tomber entre les mains des Anglais ! À Vichy, le gouvernement du maréchal Pétain et de Pierre Laval est placé sous le contrôle direct de l'occupant. Il perd la fiction de son indépendance...

    Naissances

  • Charles le Téméraire
    né le 11 novembre 1433 à Dijon (Côte d'Or) - Décédé le 5 janvier 1477 à Nancy (Meurthe-et-Moselle)
  • tp-1616

    Charles reçut le titre de comte de Charolais qui, sous les ducs Valois de Bourgogne, était réservé à l'héritier des États bourguignons. À l'âge de trois semaines, son père l'institua chevalier de la Toison d'or lors du troisième chapitre de l'ordre qui se tint à Dijon le 30 novembre, jour de la Saint-André, patron de la Bourgogne. Dès sa première année, il eut sa propre maison.

    Charles fut élevé aux Pays-Bas bourguignons, un ensemble de provinces formant la partie septentrionale de l'État bourguignon et correspondant aux pays modernes de Belgique et Pays-Bas (ainsi qu'au Nord-Pas-de-Calais français).

    En 1452, alors qu'il n'a que dix-neuf ans et n'est encore que comte de Charolais (actuelle Saône-et-Loire, en Bourgogne), il réprime avec une extrême brutalité le soulèvement des Flamands lors de la rébellion de Gand dans les Pays-Bas bourguignons.

    Quelques années plus tard (septembre 1456), se produit un événement qui aura à terme des conséquences funestes pour Charles comme pour l'État bourguignon : le dauphin de France (futur Louis XI), fuyant la vindicte paternelle, cherche refuge en terre bourguignonne.

    Philippe le Bon meurt le 15 juin 1467. Charles hérite du duché de Bourgogne, ainsi que de tous les titres et possessions de son père : duc de Brabant et de Lothier, de Limbourg, de Luxembourg, comte de Flandre, d'Artois, de Bourgogne palatine, de Hainaut, de Hollande, de Zélande, de Namur, marquis du Saint-Empire, seigneur de Frise. Il est premier pair de France, mais, en dehors de ses campagnes, il réside à Bruges, Bruxelles et Malines. Il fonde une puissante armée bourguignonne de métier mais aussi de mercenaires issus de tous les pays d'Europe. Charles de Valois-Bourgogne perpétue la politique de ses prédécesseurs : volonté d'indépendance souveraine de l'État bourguignon vis-à-vis du royaume de France et, pour contrer celui-ci, alliance avec le royaume d'Angleterre dans la guerre de Cent Ans.

    Philippe le Bon n'est pas mort depuis trois mois que son fils se voit contraint de mater une révolte des Liégeois. Il les écrase à la bataille de Brustem près de Saint-Trond (28 octobre 1467)13.

    ...

    En octobre 1476, avec une armée reconstituée vaille que vaille, Charles le Téméraire qui veut sauver le trait d'union lorrain entre les Bourgognes et ses États du nord41, remet le siège devant Nancy, reprise entre-temps par le duc René II de Lorraine. Là, refusant de se replier en son duché de Luxembourg, il trouve la mort le 5 janvier 1477 lors de la bataille se déroulant au sud de la ville.

    Wikipedia
  • Claude Bourgelat
    né en 1712 à Lyon - Décédé le 3 janvier 1779
  • En 1740, Bourgelat obtient le brevet « d'Écuyer du Roi tenant l'Académie d'équitation de Lyon ». Il occupe cette fonction de 1740 à 1765. Dès 1744, il publie son premier ouvrage Le Nouveau Newcastle. Ce traité d'équitation qui présente une nouvelle approche de l'art équestre lui vaut une notoriété considérable dans l'Europe entière. Il décide de se consacrer à des recherches dans ce domaine et réclame, pour ce faire, la collaboration des chirurgiens humains exerçant à l'Hôtel-Dieu. À la faveur de cette collaboration avec les médecins de l'homme, l'Écuyer a trois révélations :

    • la différence entre la démarche empirique et le raisonnement scientifique,
    • la similitude entre la « machine humaine et la machine animale »,
    • l'opportunité de créer le métier de « médecin des animaux ».
    tp-4553

    Bourgelat se transforme en auteur scientifique. En 1750, il publie le tome I des Éléments d'hippiatrique. La conception du plan de cet ouvrage englobe toutes les notions d'anatomie, de physiologie, de pathologie, d'hygiène, de thérapeutique voire de zootechnie y compris la visite d'achat du cheval. L'auteur les aborde avec un esprit qui fait appel à l'expérience, à l'observation, au raisonnement, à l'analyse et à la déduction. Il s'agit d'une méthode novatrice qui repousse résolument l'empirisme et ses recettes.

    En 1752, Bourgelat est nommé correspondant de l'Académie des Sciences de Paris. C'est la reconnaissance de sa valeur scientifique et de sa qualité de savant du siècle des lumières.

    Par arrêt du Conseil du Roy en date du 4 août 1761, l'autorisation est donnée à Bourgelat d'ouvrir une école vétérinaire dans les faubourgs de Lyon « ...où l'on enseignera publiquement les principes et la méthode de guérir les maladies des bestiaux, ce qui procurera insensiblement à l'agriculture du Royaume les moyens de pourvoir à la conservation du bétail dans les lieux où cette épidémie désole les campagnes... ».

    La création de l'École vétérinaire de Lyon, suivie quatre ans plus tard de celle d'Alfort a un retentissement dans toute l'Europe. Dès leur fondation, Bourgelat accepte des élèves venus de Suisse, d'Angleterre, de Suède, du Danemark, des États germaniques, d'Italie. De retour dans leurs pays, ces élèves font l'éloge des Écoles françaises ainsi que celle de leur fondateur qu'ils considèrent comme le créateur de l'Art Vétérinaire.

    Claude Bourgelat apparait donc comme le fondateur incontesté de l'enseignement et, par là-même, de la profession vétérinaire en leur offrant en outre quatre racines patrimoniales et fondamentales :

    • la démarche scientifique,
    • la préoccupation économique,
    • la dimension comparative,
    • l'approche éthique.

    En France, tout vétérinaire entrant en fonction doit faire le serment de Bourgelat, tout comme les médecins ont un serment d'Hippocrate.

    Wikipedia/section>
  • Louis-Antoine Bougainville
    né en 1729 à Paris - Décédé le 31 août 1811 à Paris
  • tp-wfpa47

    Le 6 avril 1768, Bougainville jette l'ancre à Tahiti. Le récit qu'il tire de son séjour dans cette île du bout du monde va nourrir en Europe, jusqu'à nos jours, le mythe du « bon sauvage».

    Pourtant, si son nom est toujours célèbre, ce n'est ni grâce à son Traité de calcul intégral ni à ses relations mondaines : il le doit à son aventure exceptionnelle et à une fleur. Pour comprendre ce paradoxe, il faut remonter cinq ans plus tôt, à la signature du traité de Paris par lequel la France cède aux Anglais Québec et la Nouvelle-France.

    Louis-Antoine de Bougainville fait ses armes en tant que capitaine de dragons et aide de camp de Montcalm au Canada pendant la guerre de Sept Ans. Il propose à son gouvernement d'installer des colons acadiens dans l'archipel des Malouines, au large de l'Amérique du sud (aujourd'hui les îles Falkland). Mais la nouvelle colonie n'a pas le temps de se développer. Les Espagnols réclament l'archipel au nom du traité d'Utrecht. Choiseul, secrétaire d'État de la Marine de Louis XV, ne souhaite pas s'attirer les foudres de ses alliés. L'important est que ce bout de terre ne tombe pas entre les mains des Anglais, déjà vainqueurs de la récente guerre de Sept Ans.

    Pour ne pas perdre la face, Choiseul imagine de transformer cette nouvelle défaite diplomatique en simple étape sur la route d'un prestigieux tour du monde à la recherche des dernières contrées inconnues.

    Il s'agit donc d'une expédition politique, mais aussi scientifique. En témoigne la participation inédite de trois savants et la présence à bord de la «cucurbite», une étrange machine dont on souhaite tester les capacités à dessaler l'eau de mer.

    <

    Partie de Nantes le 15 novembre 1766, la frégate de Bougainville, La Boudeuse, consacre quatre précieux mois à mener à bien sa mission diplomatique aux Malouines avant de pouvoir s'élancer vers l'inconnu. Elle est rejointe à Rio par Philibert Commerson et L'Étoile .Les deux bâtiments entrent le 5 décembre 1766 dans le détroit de Magellan. Les vents leur sont heureusement favorables et les officiers profitent de l'occasion pour aller étudier de près la carrure des habitants de la Terre de Feu, ces Patagons que l'Europe classe parmi les géants.

    Comme le mouillage n'est pas sûr, au bout d'à peine une semaine, les navires reprennent leur route à destination de l'ouest. Les cinq mois qui suivent, au cours desquels se succèdent les épisodes de tempêtes, d'accrochages avec les «sauvages» et de famine, sont en effet éprouvants. C'est donc avec soulagement que l'expédition rejoint les comptoirs de la Compagnie Hollandaise aux Moluques puis à Batavia (Djakarta). Le retour en Europe est plus calme.

    <

    La première réussite de cette entreprise hors du commun est humaine: sur les 330 hommes de l'expédition, seuls sept y ont laissé la vie. En revanche le bilan de l'expédition est mince sur le plan stratégique et scientifique: quelques îlots offerts à la Couronne, pas de nouvel accès à la Chine, encore moins de continent austral. Certes, la cucurbite s'est révélée efficace. Pour tirer parti de l'expédition, il faut donc jouer sur le prestige et l'effet de curiosité, et Bougainville s'y emploie avec talent dans son Voyage autour du monde, publié le 15 mai 1771, deux ans après son retour. Avec un véritable don d'écrivain, il transforme son journal de bord en un récit vivant où se mêlent réflexions politiques, exposés des fortunes de mer et tableaux « anthropologiques ».

    Après son tour du monde, Bougainville poursuit sa carrière militaire en participant aux combats navals contre les Anglais lors de la guerre d'Indépendance américaine. À la bataille des Saintes, dans les Antilles, le 12 avril 1782, il est à la tête de six vaisseaux. Il abandonne son amiral, le comte de Grasse, et les douze autres vaisseaux de la flotte, alors qu'ils sont entourés par les navires anglais. Nommé vice-amiral en 1791, il est arrêté sous la Terreur et échappe de justesse à l'échafaud grâce à la chute de Robespierre.

    Comblé d'honneurs par Napoléon, sénateur et comte d'Empire, il préside à 80 ans, en 1809, le conseil de guerre qui juge les responsables de Trafalgar. Singulier retournement de fortune pour un ancien marin qui ne fut pas sans reproche...

  • Jules Guesde
    né en 1845 à Paris - Décédé le 28 juillet 1922 à Saint-Mandé
  • tp-1113

    Journaliste sous le Second Empire, Jules Guesde manifeste des sympathies pour la Commune. Exilé quelque temps, il découvre les théories de Karl Marx et les introduit en France. En 1879, il fonde le parti ouvrier français, qui se veut marxiste, révolutionnaire et collectiviste. Il est élu plus tard député à Roubaix et Lille. À partir de 1905, au sein du mouvement socialiste, le courant marxiste orthodoxe de Jules Guesde entre en conflit avec le courant humaniste de Jean Jaurès. Après l'assassinat de ce dernier, en 1914, Jules Guesde se rallie à l'Union sacrée contre l'Allemagne...

    Décès

  • Anne de Montmorency
    Né le 15 mars 1493 à Chantilly - Décédé en 1567 à Paris
  • Anne 1er de Montmorency descend d'une fière famille qui se qualifie de « premiers barons chrétiens de France » !

    Il s'illustre dans les guerres d'Italie et, comblé de gloire et d'honneur, va poursuivre sa carrière militaire jusqu'aux prémices des guerres de religion, un demi-siècle plus tard. Il se fera tuer à 74 ans en combattant les protestants de Louis de Condé !...



    Date de mise à jour : 08/01/2014
    Imprimer la fiche