logo logo yvert et Tellier


Vous êtes actuellement 6 philanautes
PHILAPOSTEL
L'Association des Collectionneurs
de La Poste et d'Orange
Philatélistes, cartophiles, numismates,
toutes collections
La cour du château de Blois
Émissions de timbres
Émissions TP de juillet 2021
Bicentenaire de la faïencerie de Gien
© La Poste 2021. Illustration Broll & Prascida
d'après photos Faïencerie de Gien,
gravure Elsa Catelin

La Poste émet un timbre pour le bicentenaire de la Faïencerie de Gien, entreprise du patrimoine industriel français.

Depuis sa création en 1821 par le Franco-Anglais Thomas Hall, la Faïencerie de Gien n’a cessé de se développer en innovant et en sublimant la matière faïence.

Gien a su s’inventer au travers de la fabrication d’éléments d’arts de la table, de faïences décoratives et de pièces monumentales. Elle a personnalisé des services de table pour les cours princières, les grandes familles d’Europe. Elle s’est aussi invitée dans les couloirs du métro parisien en fabriquant des carreaux. Grâce à son inventivité et à sa parfaite connaissance des techniques, Gien s’est illustrée en recevant des médailles d’or et d’argent aux Expositions universelles et internationales. La nature, l’histoire, les grands courants artistiques, les collaborations avec des artistes célèbres ont toujours été au cœur de ses créations.

La manufacture maîtrise toutes les étapes de fabrication de ses faïences. Ancrée dans son terroir, l’usine se situe à Gien, dans le Val de Loire. Elle sélectionne soigneusement ses matériaux : argiles, sables et kaolins provenant de France pour la plupart. Elle fabrique elle-même sa pâte, ses moules en plâtre et même ses émaux grâce au savoir-faire précieux de ses artisans.

Le Gien fait partie de nos vies en proposant des faïences authentiques, chaleureuses et créatives. Gien se reconnaît par ses couleurs, ses motifs et ses formes qui se déclinent à l’infini. Parmi ses nombreuses créations, le modèle Pivoines, appartenant à la collection depuis 1875, est toujours peint à la main. Il s’articule autour de deux versions : multicolore et bleue. Pour marquer la reconnaissance de ce savoir-faire unique, Gien a reçu en 2005 le label Entreprise du Patrimoine Vivant

Résolument tournée vers l’avenir, la Faïencerie poursuit sa route avec succès et dans le dessein de projets nouveaux pour les décennies à venir.

Faïencerie de Gien - Tous droits réservés.

Affranchissement pour Lettre Prioritaire 100g

 

Télécharger le communiqué de presse
5
juil.
2021
400 ans Jean de la Fontaine
© La Poste 2021. Création et gravure Christophe Laborde-Balen

La Poste émet un bloc de 2 timbres illustré par des fables de Jean de la fontaine à l’occasion du 400e anniversaire de sa naissance.

Quatre cents ans après sa naissance, Jean de La Fontaine demeure l’une des figures les plus chéries du panthéon littéraire français Cet enfant de la Champagne fut baptisé à Château-Thierry (Aisne) le 8 juillet 1621. Ses premières années parisiennes furent marquées par une brève tentative de vie religieuse au noviciat de l’Oratoire, puis par les joyeuses assemblées des paladins de la Table ronde, entre salons littéraires et tavernes. Bénéficiant dès 1658 du prestigieux mécénat de Fouquet, il lui resta fidèle même après sa chute, mais dut s’accommoder d’une situation moins brillante et se mettre à la recherche d’autres protecteurs. Après quelques essais passés plus ou moins inaperçus, il connut son premier succès littéraire à seulement 43 ans, avec la parution en 1665 des Contes et nouvelles en vers, puis du premier recueil de Fables en 1668. La fortune considérable que rencontrèrent ces deux ouvrages l’incita à éditer deux autres recueils de Fables en 1678-1679 et 1693, dédiés à Madame de Montespan et au petit-fils de Louis XIV, le duc de Bourgogne, et à faire paraître en 1674 sans privilège ni permission ses licencieux Nouveaux Contes, dont la vente fut aussitôt interdite. Tenu à l’écart de la faveur royale, il lui fallut attendre 1684 pour entrer à l’Académie française.

Partagé entre Paris, siège de la vie littéraire et lieu de résidence de ses divers protecteurs, et Château-Thierry, où l’appelait sa charge de maître des eaux et forêts, il profita sans doute de ses séjours dans sa ville natale pour composer une grande partie de son œuvre. L’hôtel dont il avait hérité de son père et qu’il fut contraint de vendre en 1676, aujourd’hui transformé en musée, conserve le souvenir de son cabinet de travail.

Le poète mourut le 13 avril 1695 à Paris. Il laisse derrière lui une œuvre au rayonnement international et à l’origine d’une abondante création artistique..

Émission d'un feuillet-souvenir


Ville de Château-Thierry – Musée Jean de La Fontaine - Tous droits réservés.

Affranchissement pour Lettre Verte 100g

 

Télécharger le communiqué de presse
12
juil.
2021

Mise en ligne : 05/05/2021 - Dernière mise à jour : 18/05/2021

© Philapostel version 4.15