AG 2018 - Lacanau (33)

C'est aujourd'hui jeudi 29 juillet 2021.
Marthe
Au jour le jour
Marthe Cliquez sur l'image pour voir la fiche

Et de trois à Lacanau !

Retour sur l'Assemblée Générale qui s'est tenue du 12 au 14 avril en Gironde.

Après 1995 et 2000, l'assemblée Générale PHILAPOSTEL s'est tenue pour la troisième fois à Lacanau du 12 au 15 avril 2018. Ces quelques lignes ne sont pas un compte rendu des travaux de l'assemblée générale, mais une restitution, forcément subjective, de l'ambiance de cette rencontre annuelle, rituel apprécié dans la vie de PHILAPOSTEL, pour permettre à ceux qui y étaient de s'y retrouver (un peu du moins...), et aux autres de respirer quelques instants l'air des pins et du Médoc, l'air de Lacanau.

La SNCF a bien fait les choses (pour une fois diront les esprits chagrins...) car la grève par intermittence ayant lieu les 13 et 14, les voyages aller et retour ne furent pas perturbés.

C'est ainsi que quelques philapostéliens ainsi que le graveur André Lavergne, auteur de la LISA, des visuels des enveloppes et des timbres du collector, se sont retrouvés dans le TGV Paris Bordeaux ce 12 avril, pour un voyage éclair (à peine 2 heures) entre Seine et Garonne.

Le temps de se regrouper au point de rendez-vous, et ce fut le second voyage en autocar, en passant par les berges de la Garonne et la cité du Vin, photographiée mais non dégustée, pour rallier le centre Azureva, niché dans les pins au bord du lac, où les congressistes venus en voiture, les plus nombreux, sont déjà largement installés.

Sans parler des bénévoles, notamment de PHILAPOSTEL Aquitaine, qui ont préparé sur place depuis la veille, voire depuis plusieurs semaines, ce grand rendez-vous annuel. Premières retrouvailles, découverte ou redécouverte des lieux, sous un temps maussade, comme l'avait prévu Météo France : si la piscine nous tend les bras, la température extérieure et la pluie fine intermittente n'incitent pas à plonger une tête...

L'exposition est installée, les souvenirs sont confectionnés, les deux distributeurs de LISA sont en place au bar, la salle de presse est activée, tout est prêt !

Ce sont les retrouvailles, avec les commentaires habituels sur la santé (en une année, à nos âges il peut se passer quelques événements de ce côté-là...), et la remise du dossier du délégué, accompagné cette année de petits cannelés.

Jeudi 12 avril, 19H.

Le flot des arrivées de congressistes et d'accompagnants s'est tari, et le centre, qui a ouvert ses portes après la pause hivernale, nous est réservé : il bourdonne comme une ruche, ou mieux un hall de gare les jours sans grève !


Le directeur du centre nous accueille puis Michel Bablot et François Mennessiez saluent l'assemblée en quelques mots rapides : le pot d'accueil est toujours très attendu, puis viennent le buffet et la lecture du premier numéro du journal, confectionné avant l'arrivée pour être diffusé dans les délais. Soirée calme, car le repos est de mise après le voyage, Après un repas paëlla fort apprécié, les moins fatigués ou les plus assoiffés terminent la journée devant une bière au bar.

Et la bourse, petite cette année, accueille les fureteurs à la recherche d'une pièce originale, d'un muselet sympa, voire d'une nouvelle idée de collection.

Vendredi 13 avril, au travail !

Si les accompagnants sont partis excursionner en bus, l’A.G. est ouverte à l’heure. Les rapports se succèdent devant une assemblée studieuse, avec l'innovation de l'exercice : l'intervention du représentant de Phil@poste, retenu à Paris faute de train, par « Skype ». Échanges nourris avec la salle, mais perturbés par une technique encore perfectible... Ce qui n'a pas empêché les questions, et les protestations, notamment contre le nouveau logiciel des LISA dont le code macule le visuel au-delà du raisonnable. Sur ce sujet, intervention remarquée d’Alain Gengembre, représentant notre partenaire Yvert et Tellier pour la cotation de ces vignettes dans le catalogue de France.

C'est ensuite l'intervention de Didier Lajoinie, directeur de la Direction nationale des activités sociales qui a démystifié, pour certains, la grille d'auto-contrôle. Le tout suivi d'une séance de signature de conventions : celles liant les associations et la structure nationale, dans le cadre du partenariat établi entre PHILAPOSTEL et la D.N.A.S.

Le buffet fut le bienvenu, alors que le soleil tentait de percer les nuages. Avec la distribution du second numéro de la revue de l'A.G., commentant les premiers retours des travaux de la matinée (miracle de la technique...), suscitant comme à l'accoutumée des commentaires dans les tablées.

Puis il faut bien reprendre ! La seconde partie de l'A.G. se déroule dans une salle qui chauffe peu à peu, car le soleil brille davantage : rapports des activités et des services, avec peu de questions (la digestion est en cours), et une fin d'A.G. dans les délais.

La photo du groupe sous le soleil girondin laissera des souvenirs aux participants.

cliquez sur la photo pour zoomer

Les passionnés ont suivi en fin d'après-midi avec intérêt la conférence sur Pierre Gandon donnée par son petit-fils, Olivier Baccialonne, qui régala l'assistance d'anecdotes sur la vie de son grand-père, portrait intimiste et familial d'un très grand artiste.

Les jurés de leur côté ont terminé leurs travaux, qu'il s'agisse de l'exposition compétitive, des coups de cœur ou de l'art posté.

Les premières cartes pub font leur apparition, et rapidement la salle de spectacles se remplit pour assister à un numéro de duettistes, chansonniers qui brocardent nos politiques, reprenant des airs connus avec des textes que l'on peut qualifier d'adaptés à l'actualité. Un bon moment de détente après cette journée studieuse !

Samedi 14 avril, au travail !

Samedi matin, après un petit déjeuner copieux, d'aucuns se retrouvent devant le bureau temporaire, la vente de souvenirs et le stand d’André Lavergne pour les dédicaces. D'autres stationnent devant les machines pour obtenir quelques vignettes aux couleurs pastel, sous le contrôle d’Yves Prat qui gère les machines et leur approvisionnement. Et celles et ceux qui ont connu Pierre Fallot sont allés se recueillir sur sa tombe, avec Évelyne, à quelques centaines de mètres du centre.

Un instant de recueillement sur la tombe de Pierre Fallot

Ce fut ensuite le vernissage de l'exposition, la visite des personnalités et les discours officiels, qui ont été suivis avec attention, quelques costumes et cravates ayant fait leur apparition, protocole oblige... La présentation du jury, la remise de quelques prix et trophées. Le verre de l'amitié et le repas de gala ont été appréciés comme il se doit.

Et pour l'après-midi ce fut repos sous un agréable soleil printanier, et discussions sur la terrasse du bar, pour les sédentaires. Les « globe-trotters » pour leur part prirent les cars pour remonter la presqu’île et admirer le bassin d’Arcachon, le cap Ferret et profiter avec les premiers touristes de l'air marin. En début de soirée, remise des médailles de PHILAPOSTEL, avec quelques surprises visibles chez les récipiendaires : le secret avait été bien gardé !

La distribution des prix peut alors intervenir, moment toujours attendu, et pas seulement des compétiteurs..., sous les applaudissements de l'assistance et les flashs des appareils : palmarès toujours apprécié, allant de l'exposition compétitive aux coups de cœur en passant par le Mail Art, et l'attribution du Challenge Gayoux, transmis cette année par les Pays de la Loire à l'Île de France.

La soirée loto a clos cette 66e A.G., avec de nombreux lots, et beaucoup d'ambiance grâce à une animation parfaite. Comme le furent l'accueil et l'ensemble des prestations du centre, grâce à une équipe souriante et motivée.

Dimanche 15 avril, la séparation !

Dimanche 15 avril, le moment de se séparer approche. Tandis que les adeptes du TGV petit-déjeunent aux aurores pour emprunter le car qui les mènera à la gare St-Jean, les autres se lèvent plus tranquillement et après un dernier café se saluent avant de rejoindre nos belles provinces, se promettant de vite se revoir. À 10h30 le centre a retrouvé sa tranquillité, alors que PHILAPOSTEL Aquitaine ouvre son A.G. régionale. Place à la 67e A.G., dans les montagnes vosgiennes !

Rendez-vous en 2019 à Bussang

À l'année prochaine...

Les souvenirs


Tout au long de ces 3 jours, les participants ont pu bénéficier du journal Le surfeur de la Côte d'Argent. Ce journal a éé réalisé par une équipe de 3 bénéévoles : Roland Clochard, Christian Libeau et notre journaliste Jean-Pascal Cogez .

Les 5 numros du Journal de la 66e assemblée générale