Le Western par le timbre français

C'est aujourd'hui dimanche 19 septembre 2021.
Émilie
Au jour le jour
Émilie Cliquez sur l'image pour voir la fiche
Joë Harmann Locomotive American 220 Reining Lucky Luke Maryline Monroe Fernandel Bourvil

Peu de sujets peuvent sembler aussi éloignés l'un de l'autre : le western et le timbre-poste français.

Le western est un genre cinématographique spécifiquement américain, apparu en 1903, soit plus de 60 ans après la naissance du timbre. Il a pour thème la conquête de l'ouest des États-Unis, dans la seconde partie du XIXe siècle (mais pas que cela !). Il n'a donc rien à voir, ni de loin, ni de près, avec la production philatélique française.

Et pourtant, en cherchant bien, il existe quelques timbres français qu'on peut relier au western.

Certes, il faut bien chercher !

Le premier d'entre eux, et le plus explicite, c'est le timbre montrant un Indien, sur le bloc « Centenaire du Cinéma », paru fin décembre 1995. Des Indiens sur un timbre français, quelle raison ?


Timbre du bloc de 1995
Timbre et feuillet : 1er siècle du cinéma
Bloc feuillet de 1995
illustration
Joë HAMMAN - Dessinateur

Même si cela n'a pas été ostensiblement précisé par La Poste à l'époque, il semble évident que ce timbre est un hommage à l'un des premiers grands cinéastes français, Joë HAMMAN (acteur, réalisateur, dessinateur, illustrateur), aujourd'hui bien oublié.

Joë HAMMAN - Acteur

Selon l'encyclopédie Wikipédia : « Né en 1883 d'une famille bourgeoise, Joë Hamman (son vrai nom !) découvre sa vocation de cinéaste lorsqu'à douze ans, il assiste à l'une des projections d'Auguste et Louis Lumière au Salon indien du Grand Café, à Paris en décembre 1895.»

À 21 ans, en voyage aux États-Unis, il découvre le show de Buffalo Bill avec qui il se lie d'amitié.

illustration

De retour en France, il tourne des westerns (en tant qu'acteur et réalisateur) dans la région parisienne puis en Camargue, faisant alors appel au réalisateur chevronné Jean Durand. Il est l'un des pionniers du genre hors Amérique, le western français étant appelé « western-camembert ».

Wikipédia cite plus de 70 titres de films tournés entre 1909 et 1913 par, ou avec, Joê HAMMAN, avec notamment son personnage récurrent dénommé « Arizona Bill ».

Bloc feuillet de 2001

2e timbre français lié au western, plus explicite :

le timbre sur la fameuse « Locomotive American 220 » que l'on voit dans tant de westerns.

Timbre du bloc les locomotives de 2001

La construction de la première ligne de chemin de fer entre l'Est et l'Ouest a été une époée extraordinaire, à la fin des années 1860, que le célèbre John FORD fut le premier à raconter, dans un magistral film muet de 1924, « Le cheval de fer », par référence au nom que, dit-on, lui donnaient les Indiens.

On ne peut oublier le fameux « nez » de cette locomotive, destinée à écarter les bisons de la prairie, que l'on retrouve dans la série « le Lieutenant Blueberry » sur un scénario de Jean-Michel CHARRIER et le dessin de Jean GIRAUD.

John Ford
Affiche du film
Affiche du film « Le cheval de fer »
Couverture de la BD
Les Aventures du lieutenant BLUEBERRY 1970
Tome 7

Le timbre montre cette proximité entre la machine et l'animal, que déjà Jules Verne évoquait dans son « Tour du Monde en 80 jours ».

John Ford Affiche du film
Affiche du film « Le cheval de fer »

Dans le grand western à 5 épisodes « La Conquête de l'Ouest », de 1962, la 4e partie du film, intitulée « Le chemin de fer », voit une mémorable charge de bisons lancée contre les constructeurs de la ligne ferroviaire...

  1. The Rivers - « Les rivières » par Henry Hathaway.
  2. The Plains - « Les plaines » par Henry Hathaway.
  3. The Civil War - « La guerre civile » par John Ford.
  4. The Railroad - « Le chemin de fer » par George Marshall.
  5. The Outlaws - « Les hors-la-loi » par Henry Hathaway.
Affiche du film « Le cheval de fer »

Le Rening

Dans le même ordre d'idées, on peut citer ici un timbre émis en 2014 à l'occasion des Jeux Équestres Mondiaux, qui ont eu lieu en août en Normandie, celui consacré au « Reining », et montrant un cow-boy sur son cheval.

Figure : « sliding stop » (arrêt glissé en ligne droite)
e05-0302

Selon le Livre des Timbres 2014 :
Le Reining qui appartient à l'équitation western tout droit héritée des cow-boys impose une succession de figures selon un parcours prédéfini. Pour faire simple, il s'agit d'équitation rodéo, celle des cowboys où l'on enchaîne des figures spectaculaires.

e05-0303
Affiche du film

Le cheval est pour le cow-boy aussi précieux que sa vie elle-même, et les westerns où il tient un rôle prépondérant sont légion.

À commencer par « La charge héroïque » de John FORD en 1949 (titre original : « Elle portait un ruban jaune » !!!).

e05-0304
Affiche originale du film

Le clou du film est la dispersion par la cavalerie américaine des chevaux des vilains Indiens qui se regroupaient pour les attaquer.

e05-0305
Affiche du film

Les scènes de rodéo, de domptage d'un cheval sauvage sont nombreuses dans le western classique. Et le plus beau des westerns à rendre hommage au cheval est sans doute « La chevauchée sauvage » en 1975 (titre original « Mordre la balle » !!!), récit d'une course à cheval à travers les États-Unis.

e05-0306
Affiche originale du film

Le personnage principal, interprété par Gene HACKMAN, est un amoureux de cet animal, à l'image de la scène de début où il recueille un poulain près de sa mère morte et l'offre à un jeune garçon.

e05-0307
Affiche originale du film

Paradoxalement, la scène d'action finale de ce film est une poursuite. à moto, symbolisant la fin d'une époque.

e05-0308
Gene HACKMAN

Lucky LUKE

3546ccr

Autre timbre lié au western, même si l'on est dans la parodie bon enfant, celui de la « Fête du Timbre 2003 », consacré au héros de bande dessinée.

0055bfr
Épreuve d'Artiste
Fête du Timbre 2003 - Carnet, bloc-feuillet et timbre où l'on voit Lucky LUKE troquer sa célèbre cigarette contre un brin d'herbe. Campagne anti-tabac oblige !!!
e05-0402
Morris
e05-0403
René Goscinny
e05-0404
e05-0405

Sous la houlette de MORRIS au dessin et René GOSCINNY au scénario, le cowboy solitaire Lucky LUKE est de tous les épisodes de l'aventure de l'Ouest :

● la construction du chemin de fer (T9) et de la première ligne de télégraphe (T46),/

● la lutte contre les hors-la-loi : Jesse James (T35), Billy the Kid (T20),

● ou les heurts entre la Cavalerie et les Indiens (T27),

● et même l'aventure du Pony Express (T59 - le transport express du courrier à cheval d'est en ouest).

S'il évolue dans un univers de western, ses aventures sont très éloignées des codes de ce genre cinématographique.

e05-0406
e05-0407 e05-0408 e05-0409 e05-04010

Pourtant, plusieurs films ont été adaptés de l'œuvre de MORRIS et GOSCINNY, tous non américains (français ou italiens) :

● « Le Juge » de Jean GIRAULT en 1971 avec Pierre PERRET dans le rôle du Juge Roy Bean (Lucky Luke n'apparaôt pas dans le film mais celui-ci est inspiré du livre éponyme de MORRIS et GOSCINNY),

Lucky Luke », en 1991, film italien de et avec Terence HILL, acteur de westerns spaghettis,

Lucky Luke », en 2009, de James HUTH, avec Jean DUJARDIN dans le rôle du héros.

1971 - Le Juge
1991 - Lucky Luke
2009 - Lucky Luke
2003 - Les Dalton

Sans oublier les films consacrés aux ennemis récurrents de Lucky Luke, les Dalton (film « Les Dalton » de 2003, avec ERIC et RAMZY), frères Dalton que l'on voit sur le bloc paru pour cette même Fête du Timbre.

Tout cela est très éloigné de l'art du western en tant que tel.

Le personnage de Lucky Luke a aussi été adapté au cinéma sous forme de dessins animés. Mais là, on s'éloigne vraiment du western traditionnel et on n'insistera pas sur cet aspect.

Dans ce prolongement, on trouvera aussi des dessins animés investissant le domaine du western :

● chez Tex AVERY (série « Droopy » de la Fête du Timbre 2008),

● chez Walt DISNEY (série « Mickey » de la Fête du Timbre 2004).

Si on se contente de rester dans le domaine de la BD western, il faut mentionner les timbres créés par Jean GIRAUD (voir article dans le bulletin n° 137), auteur de nombreuses œuvres dans le domaine de la science-fiction sous la signature de MOEBIUS ou GIR, certes, mais dont le héros qui lui a donné la célébrité est le lieutenant Blueberry, série western créée sur scénario de Jean-Michel CHARLIER en 1963.

Jean-Michel CHARLIER (1924 - 1989)
Jean GIRAUD
(1928 - 2012)

Maryline Monroe

T1 - 1974
T1 - 1975
T1 - 1974
Affiche du film

Blueberry a fait l'objet en 2004 d'un film mis en scène par Jan KOUNEN, avec Vincent CASSEL dans le rôle du héros. C'est une coproduction multinationale où on a bien du mal à retrouver la BD et son esprit, comme l'esprit général du genre western.

Vincent CASSEL
Jan KOUNEN

Les autres timbres français qu'on peut relier au western sont consacrés aux acteurs ayant tourné des westerns.

Andy WARHOL
(1928 - 1987)

La production philatélique française n'a jamais représenté un acteur américain, à l'exception de Marylin MONROE, dont le portrait figure sur le timbre de la série artistique consacré à Andy WARHOL en 2003.

2003 - Timbre
Portrait de Marylin MONROE

Marylin MONROE, star absolue du cinéma américain malgré sa courte carrière (1947-1962), a tourné un seul véritable western (mais pas n'importe lequel !) : « La rivière sans retour » en 1954, avec Robert MITCHUM et Rory CALHOUN.

Récit initiatique où la serveuse de saloon, qui s'est prise d'affection pour le petit Mark, descend la rivière en radeau avec le père de l'enfant et se heurte à de nombreux obstacles : les rapides, les Indiens, les méchants blancs. Comme pour l'héroïne, qui effectue là un voyage sans retour, son destin changeant totalement à la fin du film. Western unique pour l'actrice, l'un des tout premiers en Cinémascope, mais aussi western unique du réalisateur Otto PREMINGER, le grand spécialiste du film noir américain.

1954 - Affiche du film
Extrait de la jaquette du DVD « La Rivière sans retour »

Fernandel

Affiche du film

Autre acteur qui s'est illustré dans le western, même si c'est un faux western : FERNANDEL (timbre de 1994), qui a commis un film de ce genre en 1961 sous la direction de Jean BASTIA : « Dynamite Jack ». Censé se dérouler au Far-West, ce film, là encore non américain, n'a pas laissé un souvenir impérissable dans la carrière du grand acteur.

Fernandel
Affiche du film

On peut lui préférer les films qu'il a tournés avec Christian-Jaque « François 1er », par exemple, que le timbre illustre), le futur auteur du fameux western italo-français « Les pétroleuses », qui réunissait en 1973 Claudia Cardinale et Brigitte Bardot (qui ont toutes deux tourné de « vrais » westerns).

Autre western non impérissable, qui n'est d'ailleurs qu'une parodie contestable, le film de Marco FERRERI, « Touche pas la femme blanche », tourné en 1974 dans la continuité de «. La grande bouffe », avec le même quatuor d'acteurs : Marcello MASTROIANNI, Michel PICCOLI, Philippe NOIRET et Ugo TOGGNAZI.

Affiche du film
Philippe NOIRET
Affiche du film

Réalisé dans le trou des Halles à Paris, le film reconstitue la bataille de Little Big Horn avec l'emblématique général Custer. Serge REGGIANI faisait partie de la distribution de ce film.

Le trou des Halles
Le trou des Halles
Serge REGGIANI
Affiche du film<

Évidemment, si on a aimé « La charge fantastique » avec Errol Flynn dans le rôle de Custer, ou « Little Big Man » avec Dustin Hoffman comme spectateur de ce massacre, on n'est pas obligé de montrer son enthousiasme pour cette œuvre qui s'apparente à un jeu de massacre.

Affiche du film<

Bourvil

Affiche du film<

On terminera ce bref exposé par un hommage au seul vrai western français : le film « Les grandes gueules », de Robert ENRICO, en 1966, avec BOURVIL et Lino VENTURA.

Bourvil<
Lino Ventura<

C'est l'histoire d'un bûcheron parti au Canada, qui revient dans ses Vosges natales pour reprendre la scierie familiale, ce qui n'est pas du goût de tout le monde, et embauche pour l'aider des « libérés sur parole ».

1995 - Les régions françaises<

On retrouve dans ce film tous les thèmes classiques du western : la lutte contre le grand propriétaire, la communion avec la nature, la bagarre au saloon, l'amitié virile, la vengeance, la rédemption, etc. Jusqu'à la musique de François de ROUBAIX au son du tam-tam ! Un film d'hommes, rafraîchi par la lumineuse présence de la regrettée Marie DUBOIS (la bien-nommée !). Et de l'action à revendre.

Quand on aime le western, ce film est un pur bonheur.

PS. On aurait pu évoquer aussi Johnny HALLYDAY car il a tourné un célèbre western-spagetti, « Le Spécialiste », en 1969, mais le timbre sur Johnny est un timbre de Collector, pas un vrai timbre du programme philatélique.

Affiche du film<
HUD est « Le Spécialiste »<
Vignette du collector
2009 - Collector de 10 timbres